Effets et effets secondaires Chapitre 2, a harry potter fanfic | Maîtriser Bégaiement

Avertissement

Je ne possède pas Harry Potter.

En fait, si vous y tenez vraiment, je possède probablement très peu des idées utilisées dans cette histoire. Mais je ne suis pas payé pour eux et j'espère les avoir mis en place d'une manière nouvelle et intéressante.

Prendre plaisir.

Note de l'auteur

Merci à tous ceux qui ont passé en revue. Il y a eu beaucoup de retours positifs et je les ai vraiment appréciés.

Chapitre 2

Harry se réveilla avec un gémissement, sa voix méconnaissable. En prenant conscience de son environnement, il a reconnu le parfum et la sensation familiers de l’aile de l’hôpital.

Une paire de bras le souleva et un gobelet fut placé à ses lèvres.

"Il suffit d'arroser Harry." La voix de Ginny résonna près de son oreille.

En prenant quelques gorgées, il sentit sa gorge se soulager un peu.

Ses yeux se concentrèrent finalement sur le visage inquiet de Ginny.

"Salut Ginny. Est-ce que ça va? Je n'ai pas eu l'occasion de te demander la nuit dernière."

"Oh Harry." Ginny l'entoura de ses bras et le serra fort dans ses bras.

Les changements physiques de Harry semblaient étranges, mais Harry était toujours Harry et c'était tout ce qui comptait pour elle.

"Tu devrais être concerné par toi-même. Après ce qui s'est passé la nuit dernière et ce matin." Les yeux de Ginny commencèrent à briller de larmes et elle donna un autre câlin à Harry.

Elle se recula, rougissant alors que quelques gloussements résonnaient autour d'elle.

"Veux-tu tes lunettes?" Elle a demandé.

"Ouais, s'il te plaît. Attends." Harry regarda autour de lui puis atteignit son visage. "Je peux voir clairement. Je peux voir mieux que jamais en fait."

"Bien c'est bon au moins."

"Comment va tout le monde?"

"Nous allons tous bien. Luna, Neville et moi avons tous été réparés très rapidement. Hermione ira bien mais elle va rester coincée ici jusqu'à la fin de l'année pour s'assurer que tous les dégâts sont partis. Ron est toujours à St Mungo est pour l'observation. Ils ne pensent pas qu'il y a quelque chose qui ne va pas, mais ils ont juste besoin de le faire évaluer par un guérisseur mental avant de pouvoir le relâcher afin qu'il soit de retour à l'heure du dîner. "

Ginny fixa Harry avec un regard sévère. "Maintenant, comment vas-tu vraiment? Et rien de ces conneries 'Je vais bien'."

Harry s'effondra.

"Je ne sais pas." Il a répondu. "Je suppose que la nuit dernière n'a pas vraiment sombré. Après avoir saccagé le bureau de Dumbledore, je n'ai vraiment rien senti."

"Vous avez détruit le bureau de Dumbledore? Bravo." Daphne lui a fait connaître sa présence.

Harry la regarda remarquant les autres filles dans la pièce.

"Euh. Qu'est-ce que tout le monde fait ici?"

"Tu t'inquiètes pour une raison obscure." Daphné répondit. "Je ne sais rien de ce qui vous est arrivé la nuit dernière et j'aimerais entendre comment vous avez saccagé le bureau de Dumbledore, mais pour le moment, nous sommes curieux de savoir comment vous vous en sortez après que Malfoy vous ait attaqué et vous ait jeté une étrange potion dans votre gorge. "

"D'après les meurtrissures que vous avez reçues, nous pensons que Malfoy a fait quelques dégâts avant de vous donner la potion. La potion semble avoir provoqué une réaction très étrange et la libération d'au moins 2 énergies inconnues différentes. Jusqu'à présent, nous n'en connaissons qu'une, ces deux effets secondaires. " Tracy fit une pause.

"Mes yeux et quoi d'autre?" Demanda Harry.

"Euh. Harry? Regardez votre poitrine." Dit doucement Ginny.

Harry baissa les yeux.

Voyant comment son corps était maintenant en forme, il se saisit d'abord de ses seins. Les yeux s'agrandissant et le visage commençant à rougir, il tira son t-shirt pour le regarder. Ce qu'il a vu l'a fait virer au rouge vif.

Puis son visage pâlit et il tendit la main sous la couverture. La couverture bougea pendant que le bras glissait sous lui, rendant évident où il était en train d'atteindre. Son œil s'agrandit encore lorsqu'il se retourna vers les autres.

"Je suis une fille?" Il murmura.

Il n'alla pas plus loin car Madame Pomfresh était revenue avec Padma juste derrière elle.

"Je vois que vous êtes réveillé Mr Potter. Voyons comment vous allez."

Madame Pomfresh fit de nouveau passer sa baguette dessus. "Les ecchymoses aux côtes et à l'estomac se sont beaucoup améliorées, de même que vos blessures internes. Je suis sûr que vous avez remarqué que votre gorge est un peu sensible. Apparemment, vous hurliez beaucoup de douleur, mais cela devrait disparaître bientôt avec une autre potion. "

"Combien de temps peux-tu me transformer en un gars?" Demanda Harry avec une anticipation pleine d'espoir.

"J'ai bien peur de ne pas pouvoir M. Potter." Madame Pomfresh répondit tristement. "Je crois que le professeur Dumbledore a donné le reste de la potion que vous avez remise au professeur Snape. Alors je suis sûr qu'il pourra vous donner des nouvelles bientôt. Maintenant, restez-y et essayez de vous reposer."

"Ok, Madame Pomfresh." Harry avait l'air très abattu.

"Ca ira, Harry." Hermione essaya de rassurer son amie.

"Comment ça va aller? Dis-moi ça. Je suis une fille. Sirius est mort. Voldemort a essayé de me posséder. Et …" Harry s'arrêta soudainement.

"Et quoi, Harry?" Demanda doucement Ginny.

Harry a refusé de répondre. Il s'est juste éloigné d'eux et est resté silencieux.

"Harry?" Demanda Hermione. "S'il vous plaît parlez-nous."

Harry a juste tiré les couvertures plus loin.

"Est-ce que le professeur Dumbledore vous a dit quelque chose qui vous a bouleversé la nuit dernière? Est-ce pour cela que vous avez endommagé son bureau?" La voix d'Hermione était très calme et douce.

Harry s'enfonça plus profondément dans les couvertures.

"Harry?" Hermione a persisté.

"Laisse-le, Hermione." Susan l'a arrêtée.

"Ça ne devrait pas être 'elle'?" Entré une voix misérable à partir du paquet de couvertures.

"Quel est ton problème, Potter?" Demanda Daphne.

"Laisse-moi juste. Tu es mieux sans toi."

"Harry? Nous sommes amis. Nous n'allons nulle part." Dit Hermione.

"Tu devrais. Je vais juste te faire tuer."

"Oui, j'ai failli mourir avec toi, ce que j'aurais si je n'étais pas ton ami. Mais il y a deux raisons pour lesquelles tu ne pourras pas te débarrasser de moi, quoi qu'il arrive."

"Que sont-ils?"

"Un. Tu es celui qui est venu m'avertir du troll la première année, et tu es resté pour me sauver. Deux. Je suis une cible de toute façon. Je préférerais me lever et me battre, et même mourir si cela se produisait , à tes côtés que courir et te cacher. Au moins à tes côtés, j'ai une chance de survivre et d’obtenir quelque chose. " Hermione était presque en train de crier. "Alors tu peux cesser de me repousser parce que je ne vais pas ailleurs que là-bas pour te frapper la tête pour être stupide."

Harry roula lentement en arrière afin de pouvoir regarder Hermione et l'expression déterminée.

"C'est pareil pour moi." Ajouta Ginny. "Chambre des Secrets. En plus, les Weasley sont bien sur la liste de Tom pour être des traîtres de sang. Je vous dois une dette de vie et je vais le rembourser."

"Je suis aussi." Luna a grimpé. "Quelqu'un doit dire la vérité. Le Daily Prophet ne le dit jamais, alors le chicaneur se chargera de la cause."

"Mais … vous pourriez être tué?" Harry a persisté. "Je ne peux pas te laisser te faire mal."

"Voldemort arrive, Harry. Pour nous tous. Nous le savons tous." Répondit Hermione. "Il ne s'en souciera pas s'il nous fait du mal. Nous sommes soit ses esclaves, soit nous sommes morts. Essayons au moins de l'arrêter ensemble. Vous ne pouvez pas le faire seul. Si rien d'autre ne vous oblige à garder des gens Mangemorts de votre dos pendant que vous lui botter le cul. "

"Est-ce que tu fais vraiment ça?" Hope avait finalement commencé à paraître dans la voix de Harry.

"Nous savons dans quoi nous nous engageons." Répondit Ginny. "Nous connaissons les risques. Nous savons que nous pourrions être blessés ou tués. Nous entrons dans cette affaire avec les yeux grands ouverts. Si l'un de nous se blesse ou même meurt, ce sera affreux. Mais au moins, cela signifiera quelque chose Beaucoup de gens ne comprendront même pas cela. "

"Nous restons Harry. Acceptez-le simplement pour pouvoir déterminer ce qu'il nous faut apprendre pour augmenter nos chances de survie. Vous avez besoin de votre propre armée avec son propre cercle interne pour contrer Voldemort." Luna semblait focalisée de manière inhabituelle.

L'effet de Luna qui se concentrait sur lui si intensément était énervant et Harry commença à se tortiller.

"On dirait que tu vas faire la guerre demain? Pourquoi ne peux-tu pas laisser cela aux adultes?" Tracy interrompit.

"La guerre a commencé il y a un an et les adultes ne peuvent pas mettre fin à celui-ci." Dit Harry.

"Que savez-vous que nous ne faisons pas Potter?" Daphne le regarda attentivement.

"Je ne peux pas te dire." Harry baissa les yeux.

Susan le regarda pensivement. Elle ferma momentanément les yeux puis ils s'ouvrirent brusquement, son expression devenant une intention incroyable et déterminée alors qu'elle fixait Harry.

"Harry?" Elle a presque cassé comme elle a exigé son attention.

Il la regarda, surpris par son intensité.

Susan se redressa et sortit sa baguette.

"Susan Amelia Bones, jure par la présente mon serment de sorcière à Harry James Potter. Ma vie, ma magie, mon esprit, mon corps, mon âme, je me lie à toi. Et je demande ma vie et ma magie de m'aider dans l'accomplissement de mon serment, m'accepteras-tu à ton service? "

"Euh …" Harry était abasourdi.

Hannah regardait son amie et sa compagne de maison. Voyant le regard déterminé de son visage, elle se tourna vers Harry.

"La réponse correcte est:" Je, votre nom, accepte par la présente son nom à mon service jusqu'à ce que je vous libère. "

"Mais, je ne…" Harry se tira totalement incertain.

"Harry, elle prend sa décision comme nous tous. Respectez-la et acceptez-la. C'est notre choix, pas le vôtre." Hermione déclara fermement mais doucement.

Harry regarda Susan puis hocha la tête.

"Harry James Potter, je vous accepte, Susan Amelia Bones, à mon service jusqu'à ce que je vous libère."

Ils brillèrent tous les deux alors que la magie du serment les liait.

"Susan, tu es sûre de ça? Je peux te relâcher maintenant si tu veux?" Dit Harry.

Susan sourit.

"Je suis heureux que vous me respectiez suffisamment pour offrir, mais si vous le faites, la première chose que je ferai est de vous jeter un sort." Le sourire de Susan se transforma en un regard noir. "Et n'osez pas me faire cette offre jusqu'à ce que vous sachiez qui est mort. Vous me comprenez?"

"Oui, je te comprends parfaitement." Harry parla très vite. "Qu'est-ce que ce serment signifie?"

"En gros, je serai avec vous et je vous aiderai dans tout. Ma magie m'aidera à vous protéger, ainsi que vos secrets. Je mourrais avant de pouvoir révéler quoi que ce soit sans votre permission, de gré ou de force."

"Vous feriez ce niveau d'engagement envers moi?" Harry regarda la jeune Poufsouffle avec un mélange de crainte et de surprise.

"Bien sûr. Si nous allons être votre cercle restreint, attendez-vous à quelque chose de moins."

"Bon point." Dit Ginny. "Moi, Ginevra Molly Weasley, je jure par la présente mon serment de sorcière à Harry James Potter. Ma vie, ma magie, mon esprit, mon corps, mon âme, je me lie à toi. Et je demande ma vie et ma magie de m'aider dans l'accomplissement de mon serment, m'accepteras-tu à ton service? "

Harry fut surpris mais accepta son serment et ceux d'Hannah, d'Hermione, de Luna et de Padma qui ajoutèrent leurs propres serments.

Les filles se tournèrent pour regarder les deux Serpentards.

"Vous êtes fous. Les Mangemorts de Basilisk, vous-savez-qui. Ensuite, vous allez me dire que nous aurons nos réunions du cercle intime à la Cabane Hurlante." Tracy frissonna.

"Ce n'est pas une mauvaise idée. Nous aurions besoin de réparer un peu l'endroit. L'intérieur est assez bien mis à sac. Ajoutez quelques protections pour vous assurer que personne ne nous dérange. Cela pourrait être très agréable." Dit Hermione pensivement.

"Oh? Et que feriez-vous avec les fantômes qui se trouvent là-bas quand ils décident de nous préparer un repas?" Tracy répliqua.

"Quels fantômes? La Cabane Hurlante n'est pas hantée." Dit Harry en essayant de réprimer un sourire.

"Alors sa réputation est totalement infondée? Je suppose que vous connaissez la véritable histoire alors?" Tracy a tiré sur Harry.

"C'est là que le professeur Lupin doit se transformer pendant la pleine lune alors qu'il était étudiant ici." Dit Harry avec une expression innocente. "Les bruits venaient de la douleur qu'il avait ressentie et infligée à lui-même."

"Chambre des secrets, cabane hurlante." Daphne a l'air amusée. "Tu as certainement des endroits intéressants pour emmener les filles. Je me demande comment tu sortirais avec quelqu'un?"

Cela lui valut beaucoup de regards.

"Pas très bon si tu demandes à Cho." La bonne humeur de Harry disparut.

"Je n'avais pas prévu ça." Daphne sourit. "Je préférerais le découvrir moi-même. Quand tu redeviendras le partenaire de rencontre le plus" traditionnel ", de toute façon."

Elle fit une pause en réfléchissant. "Bien, toutes les autres maisons sont représentées ici. Je pourrais aussi bien faire ma part."

Sur ce, elle jura elle-même.

"Mad. Vous êtes tous en colère." Tracy regardait dans tous les sens comme si elle essayait de trouver une issue de secours.

"C'est ce que nous devons faire." Daphne dit simplement à son amie.

"Vous devez vous asservir à lui, c'est ce que vous devez faire? Quelle sorte de logique est-ce?" Tracy cracha en arrière.

"Attends, asservis-toi à moi? Susan, qu'est-ce que ce serment implique exactement?" Harry interrompit la discussion entre les deux Serpentards.

"Euh … Elle a un point. Je ne t'ai pas menti auparavant. Mais d'un certain point de vue, ce qu'elle a dit pourrait ne pas être faux." Dit Susan doucement.

"D'un certain point de vue?" Tracy jeta un regard noir à Susan puis se tourna vers Harry. "Si vous redevenez un homme et que vous devenez excité à tout moment, vous pouvez demander à un ou à tous ces idiots de vous baiser."

Harry pâlit.

"Susan? Quel genre de serment nous avez-vous fait jurer?" Demanda sévèrement Hermione.

"Le plus fort que je puisse penser." Susan haussa les épaules. "Il utilisera notre pouvoir pour nous aider à protéger les secrets de Harry et nous pouvons même l'utiliser pour renforcer son pouvoir. Il existe probablement quelques autres effets secondaires qui n'ont pas été mentionnés dans le livre que je lis ou sont inconnus."

"Autres effets secondaires?" Demanda Hermione.

Susan haussa les épaules. "Pour autant que je sache, nous pourrions tous finir par tomber amoureux de lui. Même s'il n'est pas refoulé."

"Et ça vous va?" Hermione a demandé aux autres filles.

Ginny la regarda et imita le haussement d'épaules de Susan. "J'aurais même sans le serment. Pouvez-vous vraiment dire le contraire?"

"Je ne dirais pas non à lui. Il y a beaucoup de filles dans le monde sorcier qui ressentent la même chose." Susan a dit.

Hannah acquiesça. "Gagnant du tournoi des trois sorciers à quatorze ans. Et il est vraiment très modeste à ce sujet aussi."

"Ces yeux sont ce qui le fait pour moi." Padma ajouté.

"Il m'accepte juste pour qui je suis. Comment puis-je ne pas l'aimer?" Dit Luna.

"Sa famille et la mienne ont fait beaucoup d'affaires au fil des ans. Il pourrait très bien y avoir un contrat de mariage entre nos familles que nous devrons peut-être remplir." Daphne haussa les épaules. "En plus, comment serions-nous traités si vous savez qui a pris la relève."

"Vous seriez soit un esclave sous une forme ou une autre ou mort." Ginny dit platement.

"Donc soit un esclave bien traité lié à Harry, soit un esclave mal traité lié à vous-savez-qui." Daphne sourit à son amie. "Personnellement, j'ai choisi le premier. De plus, pensez à toutes les pratiques de guérisseur que vous allez nous soigner."

"Enfin, quelque chose qui a du sens." Tracy grommela. "Oh, d'accord. Aussi bien garder les chiffres en équilibre. Mais cette fêlure de guérisseur est de mauvais goût."

Elle aussi a prêté serment.

"Harry, tu es d'un rouge vif. Un peu gêné de savoir à quel point toutes les filles te trouvent chaude?" Susan taquina.

Harry acquiesça.

"Qu'est-ce que vous voyez tous en moi? Je ne suis rien de spécial." Il murmura.

"Vous êtes mignon, modeste, extrêmement talentueux, noble et un chevalier en armure brillante pour nous les demoiselles en détresse." Répondit Ginny.

"Vous pouvez faire des choses que le reste d'entre nous ne tenterait même pas et pourtant vous n'avez aucune confiance en soi. Qu'est-ce qui vous est arrivé? C'est comme si vous ne voyiez aucune valeur en vous, comme si vous n'aviez aucune compétence sociale réelle." Daphne lui parla doucement.

"Il est un peu difficile d'apprendre ce genre de choses lorsque vous grandissez dans une armoire avec des gens qui vous méprisent et ceux qui vous méprisent dans un quartier qui pensent que vous êtes le criminel local." Murmura Harry.

Même s'il parlait doucement, ses paroles étaient entendues par toutes les filles autour de lui.

"Qu'est-ce que Dumbledore pense pouvoir te laisser grandir dans ce genre d'environnement?" Ginny a explosé.

"Protections de sang basées sur le sacrifice de ma mère." Répondit Harry en levant ses genoux et en posant sa tête et ses bras sur eux. "Je dois y retourner chaque année pour les recharger."

"Pas assez bon. Pas étonnant que tu sois si foiré." Dit Hermione. "Laisse-moi deviner. Tu n'avais pas le droit de faire mieux à l'école que ton cousin?"

"Comment avez-vous su?" Harry roula la tête sur ses bras pour la regarder.

«C’est évident quand on y réfléchit réellement. On peut très bien réussir à l’école quand on essaie, même si vos compétences s’appliquent davantage à la pratique qu’à la théorie comme la mienne. comme Ron. C'est plutôt comme si quelque chose vous retenait. "

"Si c'est si évident, pourquoi n'y avez-vous pas pensé plus tôt?" Demanda Daphne.

Hermione ouvrit la bouche pour répondre et se figea.

"Je ne sais pas?" Elle a chuchoté. "J'aurais dû. J'aurais normalement, n'est-ce pas? Comment cela m'a-t-il manqué? Comment pourrais-je laisser tomber mon ami comme ça? Et pourquoi ne suis-je pas plus énervé à l'idée que mon meilleur ami me demande de me coucher dans son lit ? Pourquoi…"

Hermione se secoua. "Je ne sais pas et ça me fait penser à plus tard, mais pour le moment nous devons nous concentrer sur ce que nous ferons ensuite."

"Et bien, il ne peut évidemment pas retourner chez sa tante et ses oncles. Je sais que maman aimerait que tu restes au Terrier." Dit Ginny.

"Je pense que tu pourrais rester chez moi, au moins pour une partie de l'été." Dit Hermione.

"J'allais en fait t'inviter chez moi pour la journée tôt dans les vacances, ma tante voulait te rencontrer, mais tu peux rester plus longtemps si tu veux." Susan a ajouté.

"Cela ne me dérangerait pas non plus d'avoir de la compagnie cet été." Luna a mis ses 2 nœuds dans la conversation.

"Moi aussi." Dit Hannah.

"Je pourrais probablement vous donner un peu de temps cet été." Daphne dit avec hauteur, puis sourit.

"Mes parents préfèreraient rester neutres, mais je pourrais rendre visite si cela restait silencieux." Dit Tracy.

"Je peux aussi me rendre visite. Mes parents ne m'ont pas laissé faire venir un garçon, même le garçon qui a vécu. Même si tu étais encore une fille." Padma a dit.

"Merci. Vous tous. Je l'apprécie vraiment." Dit Harry doucement.

"Ok. D'abord, les choses. Quelle était notre gravité quand il s'agissait de vous opposer, vous savez, qui?" Daphne a déclaré.

"Très." Harry était soudainement très sérieux. "Susan, à quel point ce serment sera-t-il bon pour garder mes secrets?"

"Très." Elle a répondu. "Cela nous tuerait avant que nous puissions les révéler, ou avant qu'ils ne puissent nous être enlevés. Un entraînement en occlusion aide également à cela."

"Vous connaissez Occlumency?" Harry la regarda surpris.

"J'apprends. Cela prend du temps, mais ça aide vraiment d'étudier car on peut avoir une mémoire proche de la photographie."

"Qui t'enseigne? Penses-tu qu'ils m'apprendraient?"

"Ma tante. Elle pourrait le faire si elle pensait qu'il y avait une bonne raison. Pourquoi avez-vous besoin d'apprendre?"

"Ma cicatrice est aussi un lien avec Voldemort. La raison pour laquelle nous sommes allés au ministère de la Magie était parce qu'il m'avait trompée en lui faisant croire qu'il avait mon parrain prisonnier là-bas. Occlumencie était censée aider à bloquer la connexion." Harry cessa d'avoir l'air pensif. "Bien que peut-être qu'il soit parti maintenant …"

"Harry?" Demanda Hermione.

"Quand Malfoy m'a donné cette potion, j'ai vu quelque chose. L'énergie blanche entourée de cette énergie noire. Je savais juste que l'énergie noire était Voldemort. Elle attaquait l'énergie blanche et je ne pouvais pas laisser cela se produire. Et j'ai réussi à arrêter le attaquer et commencer à riposter. Je pense même avoir réussi à le détruire. La douleur a même disparu de ma cicatrice. "

"Si la connexion a disparu, alors c'est merveilleux." Dit Hermione.

"Ouais. Je pense que l'énergie blanche a même grandi avec le départ de l'énergie noire. C'est comme ça que j'ai réussi à me défendre."

"As-tu une idée de ce que tu viens de faire?" Padma était abasourdie. "J'ai entendu parler de ce genre de choses. Les sorciers les plus puissants de l'histoire ont pu visualiser et se connecter à leur noyau magique à un niveau personnel. Cela a pris des années. Les descriptions de l'énergie correspondent à ce que vous disiez. Pour vous être capable de le faire ce jeune est inouï. "

"Bienvenue dans ma vie. Juste une chose étrange après l'autre." Dit sèchement Harry. "Et j'aimerais vraiment que je sois juste normal."

"Alors que le reste d'entre nous" simples mortels "souhaitons ne serait-ce qu'une fraction de vos capacités naturelles." Daphné répondit.

"N'hésitez pas à en prendre autant que vous voulez."

"J'espère pouvoir le faire. Mais au lieu de cela, je devrai simplement attendre que tu sois de nouveau un homme et te séduire pour devenir mon mari et partager ainsi tes largesses."

"Quoi?!" Ginny hurla.

"Y a-t-il un problème Ginny?" Demanda poliment Daphne.

"Je ne vais pas te laisser emmener simplement Harry!" Ginny jeta un regard noir à la vieille Serpentard alors que les autres commençaient à ricaner.

"Oh. Alors tu le veux aussi?" Daphne haussa les sourcils et fit mine de réfléchir un instant. "Je sais. Je pensais seulement utiliser Harry pour continuer la lignée Greengrass. Il aura besoin de quelqu'un pour continuer la lignée Potter. Si vous souhaitez vous porter volontaire pour l'aider à poursuivre sa lignée, cela ne me dérange pas."

Ginny devint rouge vif et commença à bégayer.

"Oh, je suis désolé. Je pensais que tu avais le béguin pour lui." Daphne dit légèrement.

Elle se tourna vers Hermione. "Je suppose que vous avez l'option suivante pour continuer la ligne Potter. Si vous réussissez, je suppose que Luna, Tracy et Hannah auront à tirer des pailles ou quelque chose du genre."

"Tu rigoles, n'est-ce pas?" Demanda Hermione.

"Un peu." Daphné répondit. "Harry aura besoin d'une sorcière forte et respectée comme épouse pour continuer sa lignée. Susan, Padma et moi sommes les enfants les plus âgés sans frères et sœurs. Nous sommes ceux qui continuent nos lignées ou elles disparaîtront comme tant d'autres. Je refuse laisser ma famille disparaître ainsi et il y a peu d'hommes dans le monde sorcier qui permettraient à la femme d'être la seule responsable. Dans Harry, je suis sûr que j'aurais un mari qui serait un allié politique et me permettrait de diriger mon famille comme je l'entends. "

"Est-ce que j'ai un mot à dire?" Harry réussit finalement à trouver sa voix, son visage rouge vif.

"Je suppose que oui. Mais réfléchis-y. La plupart des femmes du monde sorcier ne te considéreraient plus comme un trophée. Elles voient ton titre et pas toi. Même moi, je suis coupable dans une certaine mesure. Mais tu aurais une meilleure degré de confiance avec quiconque dans cette salle, pas plus que quiconque dans le monde sorcier. Et pas seulement à cause des serments, bien que je comprenne qu'il nous faudra un certain temps pour que nous atteignions le même niveau qu'Hermione et Ginny. "

Les autres filles ont exprimé leur accord sur la déclaration de Daphne.

Tracy a ajouté "Je dois garder ça tranquille cependant. Ma famille est neutre et souhaite le rester, publiquement quand même. Nous sommes d'accord pour dire que vous savez qui devrait être arrêté cependant. Nous ne croyons pas qu'il nous permettra de rester neutre cette fois et nous ne sommes pas assez puissants pour éviter sa colère comme celle de Greengrass. "

Daphne se retourna vers Harry. "Pour une raison quelconque, vous semblez en savoir peu sur le monde sorcier et vos responsabilités en son sein. Surtout en tant qu'héritier de la famille Potter. Nous pouvons vous enseigner ce que vous devez savoir. Nos serments veilleront à ce que vous puissiez nous faire confiance. Vous besoin de connaître l'étendue de votre pouvoir politique et comment l'utiliser correctement. Ce sera un puissant atout pour vous battre, vous savez qui, vous pourrez défier toute tentative de ses alliés de faire voter des lois qui accroissent son emprise sur le pouvoir. Ministère, surtout si nous et nos alliés travaillons tous ensemble. "

Madame Pomfresh s'est débattue. "Pas de filles, j'ai décidé que tu pouvais rester parce que je pensais que tu ne poserais aucun problème. Mais tu es devenu un peu bruyant alors j'ai besoin que tu partes. Le professeur Dumbledore sera bientôt là de toute façon."

"Ok. Pouvons-nous revenir plus tard?" Demanda Ginny.

"Si vous ne dérangez pas mes patients." Était la réponse.

Les filles debout autour des deux lits ont fait leurs adieux et sont parties.

"Est-ce que ça va Harry?" Demanda Hermione, brisant le silence soudain.

"Pas vraiment. Il y a eu un peu trop de choses à gérer au cours des dernières 24 heures et j'ai juste besoin de temps pour réfléchir. Ce que Daphne a dit demandera beaucoup de réflexion par lui-même." Répondit Harry.

"Juste pour que tu saches, je suis toujours là pour toi. Quoi qu'il arrive ou combien tu me repousses."

"Merci."

Ils s'assirent dans un silence confortable.

Albus Dumbledore a montré quelques minutes plus tard.

"Miss Granger, j'espère que vous allez bien?" Il a demandé à Hermione.

"Encore un peu mal, mais beaucoup mieux merci, Professeur." Elle répondit.

"Capital. Je suis désolé, mais je dois faire taire cette conversation." Dumbledore agita sa baguette pendant une minute, s'assurant que personne ne l'entendrait ensuite.

"Harry, mon garçon. Comment te sens-tu?" Il a demandé.

"Bien, Professeur. Savez-vous quand je pourrai revenir à la normale?"

"Je n'ai pas encore de réponse pour vous. Le professeur Snape a commencé son analyse mais ses premiers résultats indiquent qu'il faudra au moins deux mois avant qu'il puisse nous donner des informations précises sur la potion qui vous a été remise." Le professeur Dumbledore fit une pause.

"La potion a déclenché la libération de certaines énergies fortes mais obscures que nous ne sommes pas encore en mesure d'identifier. Y a-t-il quelque chose que vous puissiez me dire au sujet de ce qui s'est passé?"

"Ce n'est pas ce à quoi je peux penser maintenant, Professeur." Répondit Harry. "Qu'est-ce qui va arriver à Malfoy pour son attaque? Je crois comprendre qu'il existait des preuves qu'il suivait les ordres de Voldemort."

"Ne vous inquiétez pas pour M. Malfoy, Harry. Il sera puni pour ses actions."

"Puni? Ne devrait-il pas être expulsé?"

"S'il est expulsé, il courra directement dans les bras de Voldemort. Je ne souhaite pas lui faire cela."

"Donc, en gros, il s'en tire comme à l'accoutumée." Harry grommela.

"Mes actions sont pour le plus grand bien, Harry. Tu dois apprendre à regarder au-delà de tes propres désirs de vengeance."

Harry acquiesça en silence, faisant semblant de tenir compte des paroles de Dumbledore. En réalité, il les classait comme les autres incohérences pour référence future.

"Professeur, est-ce que je dois toujours aller chez les Dursley? Il est impossible qu'ils puissent supporter les changements que j'ai subis."

"Oui, mon garçon. Les protections là-bas constituent toujours la meilleure protection offerte par Voldemort pour vous et votre famille. Je suis sûr que votre tante et votre oncle accepteront vos modifications. J'ai déjà écrit pour les en informer. Assurez-vous Assurez-vous de rester dans les quartiers autant que possible, à l'intérieur serait préférable, mais ne quittez pas la propriété.Vous devriez limiter votre courrier au minimum afin de réduire toute attention possible à votre quartier. J'essaierai de vous sortir après votre anniversaire, mais nous avons besoin que les protections soient aussi fortes que possible. "

"Professeur, à propos de ce que vous m'avez dit hier soir. Allez-vous me fournir quelque chose à étudier ou un moyen de commencer à vous entraîner?" Demanda Harry.

"Il n'y a pas besoin de se précipiter dans ces choses, Harry. Vous venez de subir une grande perte. Profitez de l'été pour y travailler. Ces choses vont attendre pour la prochaine année. Ce n'est pas votre problème et vous devriez prendre ce temps pour profiter du reste ou de ton enfance. À moins qu'il n'y ait autre chose, je te verrai l'année prochaine Harry. " Dumbledore se leva et annula les protections.

"Bonne journée à vous aussi, Miss Granger." Et avec ça, il est parti.

"Eh bien, il semblerait que je reste ici pour le reste de l'année avec toi, Hermione." Harry rompit finalement le silence.

"Eh bien, ce sera bien d'avoir une compagnie féminine." Taquina Hermione.

Harry la fixa mais il n'y avait aucune chaleur.

"Nous pouvons au moins planifier notre été." Il a dit.

"Mais tu dois retourner chez les Dursley?" Hermione semblait perplexe.

"Avec la façon dont ils me traitent normalement? Tu sais que je ne peux pas revenir en arrière." Maintenant, Harry était perplexe. "Tu étais dans les bras avant sur la façon dont ils me traitent."

"Mais le professeur Dumbledore a dit que vous deviez y retourner?"

Les yeux de Harry s'étrécirent de pensée, puis élargis de suspicion et de surprise. Tirant sa baguette magique, il lança le plus puissant Finite Incantatem possible chez Hermione.

Hermione cligna des yeux de confusion pendant quelques secondes, puis ses yeux écarquillés se réalisèrent. Son expression s'assombrit soudainement.

"Pourquoi ça … ça … Arrggghhh !! Comment a-t-il pu me faire ça?!" Hermione a explosé. Elle suivit avec une liste d'explosifs que Harry trouva les plus impressionnants, et le lui dit, pas qu'elle l'ait entendu.

"Quels que soient les plans que nous élaborons cet été, je vais m'assurer qu'il y en a un qui implique de botter le vieux cul." Hermione a finalement fini son discours.

"Tu te sens mieux pour ça?" Demanda légèrement Harry.

"Bien mieux merci." Elle répondit. "Premièrement, nous ferions mieux de faire venir notre chose ici."

Harry acquiesça. "Ratière?" Il a appelé.

L'effrayante elfe de maison arriva avec un bruit calme.

"Le grand Harry Potter a besoin de Dobby? Que peut faire Dobby pour aider le grand Harry Potter?" L'excentrique elfe de maison jaillit.

"Pouvez-vous faire vos bagages et apporter tous les miens et les affaires d'Hermione ici s'il vous plait? Si ce n'est pas trop gênant?" Demanda poliment Harry, conscient qu'il risquait la colère d'Hermione.

"Aucun problème, Harry Potter." Et Dobby a disparu.

"Merci beaucoup." Dit Harry dans un espace vide.

"Cet elfe de maison est un peu excité, n'est-ce pas?" Commenta Daphne aux autres filles.

Harry regarda les filles qui étaient revenues inaperçues.

"Vous n'avez pas entendu revenir?"

"Ce n'est pas surprenant avec la façon dont Hermione poursuivait. Quel âne comptez-vous nous donner un coup de pied?" Ginny se débrouilla entre deux rires étouffés.

"Dumbledore. Il m'a mis une sorte de sortilège de confusion. C'est pourquoi je n'ai jamais contesté les conditions de vie de Harry." Hermione était toujours visiblement bouleversée par cela.

La conversation a été interrompue par le retour de Dobby avec les deux malles qu'il a soigneusement placées au pied des deux lits.

"Y a-t-il autre chose que Dobby puisse faire pour le grand Harry Potter?" Dobby grinça alors qu'il rebondissait avec enthousiasme.

"Pas maintenant, Dobby. Merci pour ça. J'appellerai si j'ai besoin de quelque chose d'autre." Répondit Harry.

"Dobby est heureux de rendre service au grand Harry Potter et à ses compagnons choisis." Et il a disparu.

"Compagnons choisis? Je ne me souviens pas d'avoir choisi l'un de vous comme compagnon, et encore moins de vous tous." Harry était très surpris par ça.

"Umm." Susan était très hésitante. "Il a peut-être été un peu confus par le serment que nous vous avons donné."

"Ou le serment peut effectivement nous avoir marié avec lui." Tracy jeta un regard noir à Susan.

"Ou cela aurait pu effectivement nous marier avec lui. Du moins jusqu'à ce qu'il nous relâche après qu'il vous ait battu, vous-savez-qui."

"Oui, mais quel effet cela aura-t-il sur nous dans le même temps? Voulons-nous qu'il nous relâche le moment venu?"

"Je ne sais pas. Mais le serment que je fais n'a pas autant d'influence sur ce que vous pouvez le penser. D'après ce que je sais, il ne peut pas créer ou forcer des sentiments entre nous et Harry. Cela pourrait éventuellement encourager tout sentiment naturel." Mais je ne sais pas avec certitude sur ce dernier point. "

Susan se tourna vers Harry pour tenter de changer de sujet.

"Alors, Harry. Combien de temps avant de devenir un homme?" Elle a essayé de faire une blague.

"Aucune idée. Sauf si un miracle se produit, nous serons probablement de retour à Poudlard avant que je ne sache quoi que ce soit." Harry avait l'air déprimé.

"Eh bien, regarde le bon côté des choses. Tu peux comprendre ce que c'est que d'être une femme qu'aucun homme n'a jamais expérimentée auparavant." Hannah essaya d'encourager Harry.

"Excellent. Je me sens comme un pervers simplement en me regardant dans le miroir. Je me demande à quoi ressemblera une douche? Je serai probablement embarrassée juste en étant là avec moi-même." La réponse de Harry était très sournoise.

"Calme-toi Harry. On comprend que ça va être l'enfer. En particulier si la transformation est aussi complète qu'il y paraît. Nous disons simplement que tu devrais te sentir libre d'explorer ton nouveau corps pour ne pas être gêné par Je suis heureux de vous donner quelques conseils si vous voulez. " Dit Daphne.

Harry vira au rouge et commença à bégayer.

"Désolé, Harry." Daphne commença à rire. "Je n'ai pas pu résister. Tu es tellement facile à taquiner. Je sais que je ne devrais pas mais je ne peux pas m'en empêcher."

Harry lui lança un regard noir.

"Ginny, peux-tu m'aider avec ma malle s'il te plait?" Demanda Hermione.

Ginny hocha la tête et déplaça la malle de l'autre côté du lit d'Hermione et l'ouvrit.

"Je veux faire le tri dans mes vêtements. Ils ne prendront pas très bien la transfiguration, mais nous devrions pouvoir les redimensionner pour réparer Harry dans les prochains jours jusqu'à ce que nous puissions l'emmener faire les courses."

"Je peux me débrouiller avec mes affaires pour le moment." Harry intervint.

"Seulement parce qu'ils sont environ 20 tailles trop grandes pour vous. Vous avez encore besoin de vêtements pour femmes. J'ai quelques petites choses trop petites pour moi que vous pouvez utiliser. Nous devrons vous emmener faire vos courses dans les jours qui suivent maison." Hermione le gronda doucement.

"Shopping? Count me in. I can help you find all the right styles for any occasion in Diagon Alley." Daphne was really excited.

"Now you've done it. Daphne here just loves shopping. She would shop all day, every day if she could. The only upside is that she is not as bad as her mother. Now there is a dedicated shopper." Tracy groaned.

"Well, I believe that we can get a few things in Diagon Alley." Hermione sniffed and looked down her nose at the two Slytherin's, affecting a snobbish air. "But you really have no idea of what true shopping is until you have done it muggle style."

Daphne grinned at Hermione's acting. "Better not let my mother hear you say that. You would never hear the end of it."

"Is muggle shopping really that good?" Hannah asked.

"All I will say is that no self respecting girl should say a word against it until they have given it an honest try." Hermione replied.

"Ok. Mass shopping trip the day after we get back. Hermione can show us how it is really done." Daphne suggested. Elle fit une pause. "Let's just try and keep this from my mother though."

"Yes please." Tracy nodded vigorously in agreement. "She is just a little 'over-enthusiastic'." She added by way of explanation to the others.

The others laughed.

"Hermione? You actually wear this?" Ginny was holding a rather small pair of underwear and starting to blush.

Hermione grabbed it. "You don't need to show everyone. And don't knock it till you try it." Hermione looked her younger friend up and down. "Actually, it might just be your size."

This got Ginny bright red.

"There are probably a few things your size in here. I was going to give them to charity but grab what you want. Harry will only need a couple of things to see him through until we can get him properly fitted out."

"Thanks, Hermione" Ginny said quietly.

Hermione smiled and gently squeezed her hand.

The door to the hospital wing opened and Professor McGonagall can in. She was still using a cane and was moving a slower than normal as she made her way to the beds her students were currently residing in.

"Mr. Potter, Miss Granger, Miss Weasley, I trust you are all well."

"Yes, Professor. And yourself?" Hermione replied.

"I am doing well. Thank you for asking." McGonagall turned to Harry. "How are you coping with your recent changes?"

"I doing ok for the moment. I expect that there are a few things that I am going to struggle with though." Harry replied.

"If there is anything I can do to help?"

"Actually, there is something you could do?" Hermione asked. "Could you resize these for Harry? They only need to last a few days, until we can take him shopping." She indicated a small pile of clothes on her bed that Ginny hadn't claimed.

"You don't need to." Harry said. "I can manage with my stuff."

"Mr. Potter, for the time being you are a girl, and I expect you meet a certain dress code any time you are outside either the Gryffindor dorms or the Hospital wing. And that means that I expect you to wear a bra to ensure that you are properly 'restrained'." Professor McGonagall said sternly.

"I don't expect to be going anywhere." Harry looked down.

"You will be leaving to go to the train station even if you avoid every meal and the end of year feast in the great hall." McGonagall looked at him sternly.

"Alright." Harry said resigned to his fate.

Professor McGonagall waved her wand over the small pile of clothes that Hermione had indicated.

"They should fit now. Is there anything else I can do for you?"

"Umm. Yes actually." Harry was very hesitant. "Do you have any material on the Animagus transformation. I was thinking about becoming one and I was hoping to use the summer to do some study and research to prepare. I was hoping you might have time next year to help me. It's one of the few things I can think of to bring me a little closer to my dad and godfather." Harry looked sad.

"I think I can help you, but only if you promise that you do not attempt this alone."

Harry nodded vigorously. "I promise. Thank you Professor."

Professor McGonagall graced Harry with a rare smile. "I will have a few books brought to you with a suggested reading order. This will be a lot of work, but I have every confidence in your ability to succeed. I will see you later. Mr. Potter, Miss Granger, Miss Weasley, girls."

With a polite nod, Professor McGonagall left.

Having watched the Professor's slow progress, Hermione seemed quite sad.

Ginny leaned over and gave her a hug.

Watching them for a moment, Daphne decided to take charge.

"Okay, Potter. How serious are we about taking on you-know who?"

Harry raised a finger to stop Daphne as he got out of bed and opened his trunk.

"Can any of you raise some privacy wards or something to keep this private?" He asked.

He got nods from Daphne, Susan and Padma.

"I would help but I'm not allowed to use magic for the next week. I have to conserve my magic to help my healing." Hermione said.

"I think we can manage." Daphne said as she watched Harry pull an old piece of parchment from his trunk. "What is that for? I don't think writing our plan down is particularly secure at the moment."

Harry grinned at her. "You'll see."

He sat back down in bed and Tracy pull the covers back up. Harry glared at her briefly but she ignored him.

"Wards please." He waited while the three girls secured the area around to the beds.

"I solemnly swear that I am up to no good." Harry studied the parchment and nodded. "We're alone."

As he laid it down on the bed the map became visible to the others. They stared at the map in wonder as they realised what it was.

"Where did you get that?" Susan asked.

"Fred and George actually. It was made by my dad and his friends when they were here." Harry grinned.

"This is impressive but we need to focus." Daphne said.

Harry nodded and took a deep breath.

"The room in the Department of Mysteries that we were lured to by Voldemort housed all the prophecies that the Ministry has collected over the years. One of them relates to me and Voldemort. It basically says that I am the only person capable of beating him. I have to beat Voldemort. No one else can, not Dumbledore, the Auror's or anyone else. The only things that I have in my favor are that Voldemort doesn't know the full prophesy and that I have 'a power he knows not'."

Harry sighed. "So who wants me to release them from their oath?"

"Shut up, Harry." Ginny said and threw herself on him and hugged him strongly. She burrowed her face into his neck as she felt her eyes tearing. "I am not going anywhere, you hear me. I'm not going anywhere so don't you dare push me away."

"When did you find out? Neville said the prophecy was destroyed." Hermione was crying as well.

"Last night. Dumbledore sent me to his office just after Voldemort escaped. He told me when he finally came to check on me."

"That explains why you were such a mess this morning." Daphne said quietly.

"If I found that out I would go ballistic." Susan said.

"I did. This was just after I saw my godfather die. He was about the only family I had left. I totally trashed Dumbledore's office."

"And he let you? He didn't take your wand or something?" Tracy asked.

"I wasn't using my wand. But he did say that he probably had too much stuff."

"Was it wandless magic or accidental magic? Because either is really unusual at our age." Padma asked.

"I don't know. I wasn't in control of it but it was doing what I wanted."

"Any other unusual tricks you can perform?" Hannah asked.

Harry paused staring at his wand as he remembered something. He put his wand down on the covers and focused on it intently. "Lumos." He said firmly and intensely.

The girls gasped as the wand lit up.

"Very impressive." Susan said. "Wandless magic already? If you really practice you could get really good at it before you graduate. It would be a really big advantage."

"Focus ladies. And Harry." Daphne tried to get everyone back on track. "In order to do this properly we need a plan of action. Right now we need to learn everything that you can tell us. We may pick up on something you've missed. A Pensive would be good if we had access to one."

"I have had some thoughts. Animagus training, dueling, and we need to learn as much as possible. We don't know what we're up against, so we don't know what we'll need to know until it's too late." Harry said.

"Healing, wards, ward breaking, runes, arithmancy. We will need to know how to protect ourselves and homes, and break into others. Runes helps with that and also enchanting objects to help us. Arithmancy will help in a number of ways, especially creating new spells which will give us an edge in a fight. Silent casting will be a must, particularly with new spells. They won't stay a surprise very long if we are shouting them out every time and silent casting is also faster when you perfect it." Daphne contributed.

"The older wizarding families have libraries with spells and information known only to that family. IF we can get access to each other's then we can search them for anything useful." Susan added.

"Family specialties and such." Padma agreed with Susan.

"If we get political allies in the Ministry and Wizengamot then we can block laws from you-know-who's allies and maybe even reverse some of the damage that has been done." Hannah said.

"We need funding though. For equipment and raw materials. We may need to bribe a few people. And if there is any way we can use magic over the summer that would be an advantage as well." Tracy commented.

"I can talk to my aunt and see if she can get us exemptions. It's a long shot but if I can convince her of the need then maybe?" Susan replied.

"Well, the Potter family is rich and Harry should be able to get access to it, if not immediately then when he turns 16. Even if he has to become emancipated. Most of us have trust vaults with a bit of money and…" Daphne trailed off.

"Harry, is there really the remains of a 60 foot basilisk that you killed hidden somewhere in this school?" She was looking very intently at Harry.

"Yes. In the Chamber of Secrets. I don't know exactly how long it is though, I didn't get a chance to measure it, but 60 feet is a good guess." Harry replied.

"Hannah, your family is in the potion ingredients trade, you must know how to rend an animal into its ingredients?" Daphne asked.

"Yes. I will need a lot of stuff from my family to store it in though." Hannah answered. "If I can have some reference books sent as well then everyone can help. If Harry is as powerful as everyone thinks then he may be able to skin it in one go. That will preserve the value of the hide. All up it should definitely break the 100,000 Galleon mark or more. If it really is 1000 years old, that is."

"Well, I didn't get a chance to ask its age before it tried killing me. But I sure that you clever witches can come up with a way of finding out." Harry replied sarcastically.

"I can get some equipment from my parents as well. If we send the letters at lunch then we should get everything before the end of tomorrow so we can sneak down to the Chamber tomorrow night." Daphne said. "Right now I think we need to hear Harry tell us everything so we'll have all the background."

Harry nodded and began his tale. Only pausing for water and lunch, when the letters were sent, two for equipment from Daphne and Hannah and two to see if Harry could stay for the summer from Hermione and Susan.

!HPEaSE!

Lord Voldemort awoke slowly, his head pounding in pain. How had that blasted brat beaten him again? He didn't know the details but he knew it was working initially, he could feel, almost taste, the energy he was trying to steal from Potter. And then it stopped. He had fought to try and keep going but got nowhere. Then the pain started. Somehow the brat had fought back. Pain unlike anything he had ever felt before wracked him. Even the failed possession had been relegated to second place.

He had to find out what happened. And he had to punish that Malfoy brat. He must have failed somehow.

Voldemort collapsed back down. Right now he could barely move. Two failed attempts on Potter and potion abuse after-effects had sapped all his strength. He couldn't even call for help. He could not afford to look week in front of his followers.

Sometimes being a Dark Lord really sucked.

Comment vaincre son bégaiement ? La méthode est explicité sur ce blog !



Le bégaiement peut découler d’un problème central ou d’une défaillance de l’un des organes du langage. Par exemple, il peut être dû à un surplus de tonicité des zones musculaires du larynx qui se crispent. Les sons ont du mal à se constituer au niveau des cordes vocales. Le soucis peut aussi se trouver plus haut. Le force de la langue peut se plaquer contre le palais et se bloquer au moment même de l’émission du mot. Les muscles qui entourent les lèvres peuvent aussi se contracter, le son bute comme contre un obstacle et les syllabes éclatent. Certains mots ont du mal à vous en sortir et le rythme de la parole est alors perturbé, c’est le bégaiement.
Les thérapies traitent les critères physiques, fonctionnels et émotionnels du bégaiement. Chacun fait l’objet d’un travail particulier qui a des répercussions dans les autres domaines. Les aspects physiques La première demande concerne dès fois les incidents de parole. Les différentes composantes de la parole sontnabordées à travers des exercices de ralentissement du débit, de fluence, de respiration, de voix…nL’aspect moteur est traité de façon plus globale avec la pratique de la relaxation. nles critères fonctionnelsnLe bégaiement se manifestant dans la relation aux partenaires, cet aspect s’étale sur une partie de la thérapie. nSont abordés les dysfonctionnements comportementaux et cognitifs sous-jacents au trouble. Si les techniques utilisées peuvent changer suivant les thérapeutes, l’objectif reste toujours la restauration de la relation aux autres. Les aspects émotionnels. L’impact des facteurs émotionnels représente aussi une part importante de la thérapie ( gestion du stress, pense de soi… ). n
Les plus jeunes sont souvent confrontés aux moqueries de leurs camarades : le bégaiement constitue alors un obstacle pour s’intégrer dans le groupe, et dans les semaines à venir à l’entreprise. Les personnes qui bégaient se sentent de ce fait différentes, ce qui attise un repli sur elles-mêmes. Ce rejet peut avoir des répercussions dans la progression de la pathologie. Le regard des autres a créé un blocage, qui n’encourage pas le jeune à s’exprimer et à faire des efforts pour survivre son handicap. nPlus tard, le bégaiement influence souvent le choix d’une orientation scolaire. Les personnes bègues préfèrent dans certains cas se diriger vers des professions libérales qui ne requièrent pas une prise de parole importante,.. Elles laissent passer des opportunités reconnues, pensant que leur brouillé les rend incapables d’exercer certaines métier. D’autres a contrario vont rechercher des profession de santé de communication pour combattre leur handicap.

Laisser un commentaire