Harry's Chamber of Secrets Chapitre 11, a harry potter fanfic | Stop Bégaiement

ONZE

Harry était pressé. Snape le retint après la classe pour avoir une conversation inutile. Il essayait de faire en sorte qu'Harry lui raconte comment il lance des sorts avec juste son esprit. Harry avait déjà expliqué qu'il n'allait le dire à personne car c'était un secret de famille privé. Il a également expliqué qu'en tant que nouveau chef de la Maison Potter, il avait parfaitement le droit de déclarer de nouveaux sorts et une nouvelle magie comme secrets de famille. C'était aussi simple que ça.

Snape, cependant, ne voulait pas prendre non pour une réponse. Harry était à peu près sûr qu'il était toujours contrarié par le fait que Harry ait remporté leur duel il y a quelques semaines, alors il faisait de son mieux pour irriter le garçon qui a survécu. Harry refusa de le laisser cependant. Il découvre un piège quand il en voit un.

Maintenant, il était en retard pour son prochain cours puisqu'il avait été retenu très tard. Bien sûr, Snape a refusé de donner une note à Harry pour l'excuser d'être en retard. Il a simplement dit «non» dans sa lente traînée, comme si ce n'était pas de sa faute.

Harry courait dans le couloir assez vite. Il souhaitait pouvoir se transformer en Sneak, devenir invisible et mettre la vitesse, mais il y avait encore trop d'étudiants autour. Il devait aussi contrôler sa vitesse, car courir aussi vite que possible pouvait aussi poser des questions. Cependant, quand il ne voyait personne d'autre dans la salle, il accélérait rapidement pour réduire son temps de destination.

Il venait juste de le faire alors qu'il arrivait dans un coin où il devait prendre une forte gauche. Il savait qu'il aurait besoin de ralentir lorsqu'il se retournerait, au cas où quelqu'un le verrait dans la prochaine salle. Il a coupé le coin un peu près, ralentissant, et était sur le point de terminer son retour à une vitesse normale quand il a heurté quelqu'un.

De toute évidence, elle était sur le point de tourner le même coin avec un peu de hâte également et ils se sont heurtés. Harry, étant plus fort qu'un adolescent normal à cause de ses traits d'animagus transférés, ne perdit jamais l'équilibre et ne tomba pas. En fait, il n'a même pas été blessé. Cependant, la pauvre fille a volé dans la direction opposée à laquelle elle se dirigeait.

Harry regarda où elle avait atterri et elle ne bougeait pas du tout. Il a ensuite regardé dans les deux directions de la salle pour voir si quelqu'un d'autre était là mais il n'a vu personne. Lentement, il s'approcha de la fille, craignant d'avoir fait de gros dégâts puisqu'il ne bougeait pas. Elle lui semblait un peu familière, mais il ne l'avait pas encore placée car il ne pouvait pas la voir si bien. Ses cheveux brun chocolat en recouvraient une bonne partie.

Avant qu'il soit arrivé à l'endroit où elle était allongée, elle s'est réveillée et a commencé à s'asseoir. Elle avait la tête baissée et la tenait d'une main. Puis elle prit les deux mains et commença à se sentir. Elle a commencé avec sa tête, qui était toujours en train de regarder vers le bas, puis a lentement descendu le long de son corps, vérifiant apparemment partout. Harry fut choqué quand elle attrapa ses seins à deux mains et les serra un peu. Il était maintenant bien conscient de son statut d'adulte, mais quand elle l'a fait, il s'est soudainement rendu compte de son statut de garçon de 16 ans. Il devait abattre cela. Puis elle a continué à vérifier ses côtes et ainsi de suite. Harry vient de la regarder.

Quand elle eut terminé son examen complet du corps, elle laissa échapper un soupir, évidemment soulagée, et leva les yeux au visage d'Harry. Elle n'avait jamais remarqué auparavant à quel point ses yeux étaient d'un vert éclatant. Ils étaient incroyables en fait, se dit-elle. Puis elle secoua la tête pour la nettoyer et se sentit un peu woozy.

"Harry, as-tu bien regardé ce bus dans lequel je suis tombé?"

Maintenant qu'il a vu son visage, il savait qui elle était.

"Mandy, est-ce que ça va?"

"Je le pense."

Elle a commencé à se lever mais Harry l'a arrêtée.

"NON! Ne pas!"

"Pourquoi pas?" elle a demandé confus.

"Tu étais sorti un peu. Je pensais que tu étais sérieusement blessé avant de commencer à remuer," dit-il avec un peu d'inquiétude.

"J'étais sorti, comme inconscient?" elle a demandé des éclaircissements.

"Oui, tu ne bougeais pas du tout."

"Oh, eh bien, ça pourrait expliquer le léger vertige alors."

«Reste juste là où tu es et je vais t'emmener directement chez Madame Pomfresh pour qu'elle puisse te contrôler. Je sais que tu as fait ton propre chèque, mais visiblement tu te suis fait mal à la tête.

"Ça ne saigne pas, mais je dois au moins l'avoir heurté. Je compte devenir guérisseur, alors j'ai étudié un peu en avance. C'est pourquoi j'ai fait mon propre test."

"Droite."

"Comment comptez-vous m'emmener à l'infirmerie?" »demanda-t-elle alors qu'il ramassait son cartable et le mettait en bandoulière sur son épaule libre.

"Comme ça, bien sûr", lui dit Harry, puis la ramassa rapidement comme une mariée, comme si elle ne pesait rien.

"Harry!" s'écria-t-elle alors qu'il commençait à marcher avec elle dans ses bras. Elle plaça son bras autour de sa nuque pour le soutenir.

"Ne t'inquiète pas, je t'ai. Essaye de ne pas trop bouger la tête."

"Mais c'est un long chemin, Harry. Je vais devenir trop lourd avant d'y arriver."

"Non, tu ne le feras pas. Tu es aussi léger qu'une plume en ce moment."

"Je ne me sens pas léger comme une plume."

"Et bien, vous vous êtes frappé la tête. Vous vous sentez probablement plus lourd que la normale."

"C'est vrai, frapper ta tête va faire ça. Dis, tu n'as jamais répondu à ma question."

"Quelle question?" il a demandé curieusement.

"Avez-vous vu ce que j'ai rencontré?"

"Oui, en fait je l'ai fait." Il s'est ensuite arrêté.

"Bien? S'il vous plaît partager avec moi."

"Moi, c'est moi que tu as rencontré", répondit-il à contrecœur.

"Toi? J'ai eu l'impression de heurter un mur de briques!"

"Désolé pour ça, Mandy. Je crois que nous étions tous les deux pressés et que nous avons tous deux tourné ce virage un peu fort et sommes entrés en collision l'un avec l'autre."

"Avez-vous été blessé?"

"Non, pas un peu, mais j'étais super inquiet quand tu ne bougeais pas. En fait, je suis toujours un peu inquiet."

"Ça ira, Harry. Ne vous inquiétez pas. Madame Pomfresh éclaircira ma tête avec un simple geste de sa baguette, à moins qu'elle ne croie qu'une potion fonctionnerait mieux. Tout dépend des résultats de son sortilège diagnostique. . "

"Va être un guérisseur, hein?"

"Oui!"

"Pourquoi n'essaies-tu pas de te reposer la tête?"

Lentement, Mandy posa sa tête contre le cou de Harry et se sentit un peu plus à l'aise. Elle était surprise de constater à quel point elle était à l'aise dans les bras de Harry Potter. Il était stable comme un roc et n'a jamais eu à ajuster sa position tout le temps. Il la tint haut contre sa poitrine, ne la laissant jamais s'affaisser. Mandy Brocklehurst était cependant une fille intelligente. Serdaigle, bien sûr. Elle a reconnu à peu près tout de suite en première année à quel point Harry détestait toute l'attention qu'on lui portait.

Elle s'assura de rester à l'écart et lui laissa beaucoup d'espace. Bien sûr, ils se connaissaient en classe et autour de l'école, mais ils n'étaient en fait que des connaissances. Ils n'ont jamais participé à une vraie conversation avant cela.

Elle avait entendu parler du garçon qui a survécu grandi comme tout autre enfant avec au moins un parent magique. C'était quelque chose qu'ils avaient en commun. Elle était un sang-mêlé, tout comme Harry; seul son père était le né-moldu.

Elle se sentait commencer à somnoler alors elle se réveilla et dit à Harry qu'elle ne devrait pas être autorisée à s'endormir, juste au cas où elle aurait une commotion cérébrale.

"Nous devons juste continuer à nous parler, Harry. Tu sais, une vraie conversation. De cette façon, je resterai éveillé et ne m'endormirai pas."

"Tu as dû bien te cogner la tête si tu peux dormir comme ça."

"En fait, je ne pense pas que ce soit ça, Harry. J'hésite à le dire, mais tu es vraiment très à l'aise. Je veux juste me rouler en boule et m'endormir."

Harry rigola. "Vous savez, on m'a appelé beaucoup de choses et je veux dire beaucoup de choses. Mais c'est la première fois que quelqu'un me dit que je suis à l'aise. Je ne suis pas sûr de savoir comment prendre ça."

"Et bien, c'était censé être un compliment, alors prends-le comme ça."

"Oui m'dame."

Ils ont continué à plaisanter dans l'aile de l'hôpital. Leur conversation était amusante et ils ont apprécié.

"MADAME POMFREY!" Harry appela quand il entra dans la salle.

Madame Pomfresh est venue s'activer pour voir quel était le problème.

"M. Potter? Qui avez-vous dans vos bras?"

Mandy leva la tête. "Bonjour, Madame Pomfresh. Je crois que je me suis frappé la tête."

"Posez Mlle Brocklehurst sur ce lit juste là, M. Potter. Laissez-moi jeter un coup d'oeil."

Harry posa doucement Mandy sur le lit et recula. Mandy a commencé à raconter à Madame Pomfresh ce qui s'était passé, comment elle avait été assommée, comment elle s'était vérifiée, tout en sachant qu'il y avait un problème lorsqu'elle a secoué la tête et s'est sentie étourdie.

Madame Pomfresh a posé un diagnostic complet sur Mandy et a déterminé qu'elle avait eu une légère commotion cérébrale.

"Rien d'inquiétant, Mlle Brocklehurst. Je vous remets en ordre en un tour de main. Pour plus de sécurité, je vais vous demander de prendre une potion. Vous devrez ensuite attendre ici le dîner avant de dîner. pouvez y aller, en supposant que tout soit vérifié. Attendez ici pendant que je récupère la potion. "

Alors que Madame Pomfresh s'éloignait, Mandy regarda Harry qui lui adressa un sourire triste.

"Il n'y a pas de raison que tu traînes, Harry. Madame Pomfresh prendra bien soin de moi. Je suis sûre que tu as mieux à faire."

"Nope! J'ai provoqué ça alors je reste ici jusqu'à ce qu'elle te donne un bilan de santé vierge et te laisse partir."

"Harry!" elle s'est exclamée. "Soit nous étions tous les deux en faute, soit aucun des deux n'était en faute. Vous choisissez."

"Je n'aurais pas dû courir aussi vite, surtout au coin d'une rue. C'était stupide de ma part de le faire et tu as été blessé."

"Mais Harry, je courais vite aussi."

"Je serais prêt à parier que je courais beaucoup plus vite, et que je n'étais pas celui qui a volé dans le couloir."

"C'est bon, Harry. Vraiment. S'il te plaît, laisse-le tomber?" elle a plaidé.

"Bien sûr," grommela-t-il.

Ils restèrent tous deux silencieux quelques secondes.

"Si vous ne partez pas, vous devez me tenir compagnie et continuer à me parler pour que je ne m'ennuie pas", dit-elle avec un joli sourire.

Madame Pomfresh est revenue vers ce moment-là. "Malheureusement, cette potion va vous faire dormir pendant environ une heure, Mlle Brocklehurst, alors il ne sera pas question de parler pendant votre sieste."

"Maintenant, tu n'as vraiment aucune excuse pour rester, Harry. Je suppose que je te parlerai plus tard," dit-elle alors elle prit sa potion. Au bout de quelques secondes, elle était profondément endormie. Madame Pomfresh se tourna vers Harry.

"M. Potter? Pourquoi êtes-vous toujours ici?" demanda madame Pomfresh.

"Je vais rester ici jusqu'à ce que vous lui donniez un état de santé irréprochable, Madame Pomfresh."

"Faites comme vous, M. Potter, mais je soupçonne fortement que quand elle se réveillera, elle sera comme neuve."

"J'attendrai."

Madame Pomfresh acquiesça et partit pour regagner son bureau.

Quand Mandy se réveilla environ une heure plus tard, elle se tourna vers l'endroit où se tenait Harry, pensant qu'elle allait rater la super conversation qu'ils avaient eue. Ce serait probablement le premier et le dernier qu'ils auraient jamais eu, pensa-t-elle, alors que les choses revenaient à la normale. Dommage qu'elle ait dû subir une commotion cérébrale pour parler avec lui très longtemps. Il était très gentil et attentionné, pour ne pas dire beau.

Quand elle tourna la tête pour regarder de l'autre côté, elle fut choquée de voir Harry assis sur une chaise et lisait un livre.

"Harry? Tu es toujours là? Ou est-ce que tu es parti et est revenu?"

"Je suis resté ici. J'ai beaucoup de lecture à faire, donc je me suis occupé pendant que tu dormais. Comment te sens-tu maintenant?"

"Bien comme il pleuvait, mais tu n'avais vraiment pas à rester, Harry."

"Je t'ai dit que je restais jusqu'à ce que Madame Pomfresh te donne un état de santé irréprochable et te permette de partir, alors je suis toujours là. Maintenant, accroche-toi. Je serai de retour." Il rangea ensuite son livre et alla dire à Mme Pomfresh que Mandy était réveillée.

Madame Pomfresh le suivit à l'extérieur et lui posa un diagnostic avant de la déclarer guérie. Cependant, elle voulait toujours qu’elle reste au lit jusqu’à l’heure du repas du soir. Elle voulait s'assurer que la potion était complètement hors de son système. Elle a promis de la laisser partir alors.

Harry et Mandy ont commencé à parler et ont apprécié leur conversation à nouveau. Après un moment, ils ont décidé de faire des devoirs. Ils avaient tous les deux leurs cartables avec eux et ils ont donc travaillé sur les devoirs d'un cours commun qu'ils avaient ensemble.

Quand il fut l'heure de dîner, ils partirent ensemble puis marchèrent et parlèrent jusqu'à la Grande Salle. C'était plein quand ils sont arrivés. Harry accompagna Mandy à sa place à la table de Serdaigle, lui dit qu'il lui parlerait plus tard, puis rejoignit ses amis à la table de Gryffondor.

"Harry, est-ce Mandy Brocklehurst que tu es venue avec?" demanda Hermione.

"Oui, c'était Mandy," répondit-il distraitement alors qu'il remplissait son assiette.

"Où étiez-vous?" elle a demandé. "Tu nous as manqué dans le dernier cours."

"C'est une longue histoire", dit-il en essayant de se concentrer pour avoir son dîner.

"Je ne savais pas que tu connaissais Mandy, Harry," dit un peu Seamus.

"Bien sûr, je connais Mandy. Je ne suis allée à l'école avec elle que depuis plus de cinq ans. Elle était aussi dans le procureur."

"Eh bien, je le sais, mais je veux dire que je suis sûr que vous avez échangé quelques mots avec elle au cours des années, mais je ne pensais pas que vous aviez vraiment parlé, comme une vraie conversation."

"En fait, nous n'avons pas fait beaucoup plus que cela avant aujourd'hui."

"Qu'est-ce qui t'a amené à lui parler plus aujourd'hui, Harry?" demanda Hermione. "Est-ce que vous vous êtes juste rencontrés puis avez entamé une conversation intéressante?"

"En fait, nous nous sommes croisés… littéralement. Je l'ai presque tuée."

"Qu'est-ce que tu veux dire par que tu l'as presque tuée?" demanda Ron.

Résigné, il devrait raconter l'histoire. Harry soupira et sauta à l'intérieur. "Snape me gardait après les cours, vous vous en souvenez. Il me tenait assez tard et ne donnait pas de note. Je courais pour me rendre à notre prochain cours. Mandy courait aussi quelque part et nous nous sommes heurtés. elle a volé dans le couloir et quand elle s'est arrêtée, elle ne bougeait pas… du tout, j'ai pensé au pire, mais elle a commencé à bouger avant que je ne l'atteigne. une légère commotion cérébrale, alors je l'ai emmenée chez Mme Pomfresh et elle l'a soignée. "

"Mais tu n'as jamais pu aller en classe," dit Hermione.

"Non, j'ai attendu avec Mandy jusqu'à ce que Madame Pomfresh lui dise qu'elle pouvait partir. Je voulais m'assurer qu'elle allait bien. On lui a fait attendre l'heure du dîner avant d'être libérée, alors je l'ai accompagnée ici."

"C'est pourquoi vous avez toujours vos livres," dit Ron.

"Nous n'avons pas eu le temps de passer dans nos salles communes."

"Vous réalisez, n'est-ce pas Harry, que Mandy Brocklehurst est l'une des plus jolies filles de l'école", a déclaré Seamus.

"Je ne suis pas aveugle, Seamus, j'ai remarqué à quel point elle était jolie. J'ai aussi remarqué à quel point elle ne ressemblait pas à certains des gens d'ici qui faisaient grand cas de ma célébrité, que vous savez tous que je déteste avec passion. Mais Ce que j’ai le plus aimé chez elle, c’est notre conversation. Même avec une commotion cérébrale, elle a tenu une excellente conversation. J’ai vraiment apprécié sa compagnie. Je souhaiterais simplement ne pas avoir failli la tuer pour la première fois.

"Est-ce que tu vas la revoir?" demanda Dean.

"J'espère bien. J'aime beaucoup parler avec elle. Je pense qu'elle pourrait être un très bon ami. C'est dommage que nous ne connaissions pas mieux le reste des habitants des autres maisons. Pensez aux amitiés possibles être manquant sur. "

"Amitié? Bien!" dit Seamus qui avait apparemment un esprit à sens unique.

Harry leva les yeux et regarda où Mandy était assise à la table de Serdaigle. Il lui est arrivé de le regarder au même moment. De toute évidence, elle devait également s'expliquer. Quand ils verrouillèrent ses yeux, son vert émeraude et son gris pâle, ils se sourirent et se sourirent l'un l'autre. Cela n'a pas échappé à l'attention des deux meilleurs amis de Harry. Ginny était en train de manger avec ses camarades de classe ce jour-là à l'autre bout de la table, alors elle a tout raté.

Seamus murmurait à Dean à propos des chances de Harry avec la charmante Miss Brocklehurst.

Harry les ignora tous et finit de manger, pensant à son nouvel ami. Mandy faisait la même chose à sa table.

oOo

Au fil des jours, Harry et Mandy se retrouvaient à se parler quand ils le pouvaient. Ils avaient beaucoup de classes ensemble depuis que les classes NEWT ont été combinées avec les quatre maisons. Ils se sont généralement assis ensemble. Ils se sont jumelés également en potions. Ils se rencontraient avant les cours et entamaient une conversation comme de vieux amis. Cependant, Mandy prit Ancient Runes and Arithmancy, ce qu'Harry ne fit pas. Lui, d'autre part, prenait soin des créatures magiques, ce qu'elle n'a pas fait. Ils ont même commencé à étudier ensemble dans la bibliothèque pour les sujets qu'ils partageaient.

Elle était extrêmement intelligente et très bonne dans toutes ses classes, mais Harry pouvait toujours expliquer mieux que quiconque ce qu'ils apprenaient dans la Défense. Elle avait beaucoup appris de lui dans le procureur l'année précédente. Elle s'estimait très chanceuse puisque le procureur ne se rencontrait plus et qu'Harry avait choisi d'étudier avec elle et de partager ses connaissances.

Ron et Hermione craignaient un peu que leur ami s'éloigne d'eux, mais en vérité, ils étaient tous les deux plus amoureux l'un de l'autre maintenant. Depuis que Ron s'égayait et refusait de se disputer avec Hermione, ils se rapprochaient de plus en plus. Harry se sentait comme une troisième roue quand il était autour d'eux maintenant et il réalisa que par le passé, il était juste la colle qui les maintenait ensemble. Maintenant qu'il n'était plus nécessaire, il cherchait une compagnie différente.

Apparemment, il l'a trouvé à Mandy Brocklehurst.

"Vas-tu m'en dire plus sur toi, Mandy et ta famille?" demanda Harry. "Je veux mieux vous connaître."

"Il n'y a pas grand chose à dire, vraiment. Je suis un sang-mêlé, tout comme toi; seul mon père est le né-moldu. Ma mère est le sang pur. De toute évidence, Brocklehurst n'est pas un vieux nom de famille de sang pur."

"De quelle famille de sang-pur ta mère est-elle?"

"Davis."

"Oh, es-tu lié à Tracey?"

"Deuxième cousins."

"Intéressant," dit-il en hochant la tête.

"Tracey fait partie de la lignée principale de la famille Davis et son père est un sang pur, Davis et sa mère est une née-moldue. Je peux vous dire qu'elle doit supporter beaucoup de choses à la maison des Serpentards. Daphné est la seule à rester debout. entre elle et le reste de Serpentard et ils n'aiment pas jouer avec la reine des glaces. "

"Comment a-t-elle obtenu ce surnom?" Demanda Harry avec curiosité.

"Eh bien, la famille Greengrass n'avait que deux filles pour porter le nom de famille, Daphne et Astoria. Elles sont toutes les deux très belles, alors leur père s'est assuré qu'elles iraient à Poudlard avec quelques connaissances de bons sortilèges juste au cas où elles auraient besoin de se protéger Au cours de notre première année, l’une des septième années, qui était essentiellement pédophile, essayait de convaincre Daphne que cela faisait partie de la tradition de Serpentard pour les jeunes années de servir sexuellement les plus âgées. elle pourrait se faire soigner elle-même, expliqua-t-il. Quand il a cessé de parler et est allé la toucher, elle a rapidement sorti sa baguette, ce qui l'a surpris. Puis elle a lancé un sort peu connu qui lui a gelé les dents. "

"Quoi?!"

"Oui, personne ne sait si Mme Pomfresh aurait jamais été capable de l'inverser. Elle était alors surnommée la Reine de la glace. Tracey a un bon ami et protecteur à Daphne Greengrass. Les deux ont essentiellement grandi ensemble."

"J'ai remarqué que Daphne était assez avancée dans le procureur. Son père a dû faire du bon travail en lui enseignant."

"Ma mère vient d'une branche différente de la lignée principale Davis. Tandis que la lignée principale était principalement composée de Serpentards, la famille de ma mère était principalement composée de Serdaigles. Elle était à Serdaigle et son père aussi. Ils se sont tous deux rencontrés ici à Poudlard puis se sont mariés quelques années plus tard. Après avoir obtenu leur diplôme. En tant que Serdaigles, ils voulaient bien sûr être scolarisés davantage, avant de se marier. "

"Je vois."

"Et toi Harry?"

"Es-tu sûr de ne pas déjà savoir tout ce qui me concerne?"

"Eh bien, je connais pas mal de choses sur vous et vous semblez être le sujet sur toutes les lèvres de ces jours-ci, mais le problème, à ce que je vois, est que je ne crois pas connaître la vérité. potins et ce que les gens chuchotent à votre sujet. Ils ne savent pas de quoi ils parlent, alors je refuse de participer à cela. "

"Ne pense pas que je n'ai pas remarqué ça. Même en première année, tu n'étais pas l'un de ceux qui pointait et regardait."

"Je suis une fille intelligente, Harry. J'ai vite compris que tu n'étais pas à l'aise avec toute cette attention. J'ai décidé à ce moment-là et il n'y avait aucune partie du problème. J'ai grandi en entendant toutes les histoires à ton sujet, juste comme n'importe quel enfant né de parents magiques. J'avais une poupée Harry Potter et des livres Harry Potter. En fait, j'ai à peu près tous les attributs de votre histoire que m'ont donnés mes parents qui voulaient que je grandisse avec un héros à regarder à."

"Vraiment?"

"Oui, c'est vrai. Cependant, quand je suis arrivé à Poudlard pour la première fois et que j'étais impatient de rencontrer le garçon qui a survécu, je t'ai rencontré et je me suis rendu compte tout de suite qu'il s'agissait d'un enfant qui avait souffert. Il a perdu ses parents. La nuit où il a été déclaré héros. Comment les gens peuvent-ils oublier ça? J'ai alors su que je ne regardais pas le garçon qui a survécu, je regardais le vrai Harry Potter. "

"Je vous remercie."

"Ce n'était pas trop longtemps après ça, j'ai remarqué que tu n'aimais pas toute l'attention."

"Voulez-vous entendre un secret?"

"Sûr!"

"Je ne m'occupe pas de toute l'attention que je reçois maintenant, enfin, la plupart. Je me rends compte qu'une partie de cela est basé sur ma gloire précédente." Mandy fronça les sourcils en essayant de comprendre. "La raison pour laquelle je ne m'inquiète pas autant, c'est parce qu'ils sont stupéfaits par quelque chose que je suis en train de faire moi-même, quelque chose que j'ai accompli seul."

"Je ne vous suis pas encore tout à fait, Harry."

"Laissez-moi vous demander ceci. Qui était là dans la maison quand ma famille a été attaquée et mes parents tués?"

"Vos parents, évidemment, et vous. La seule autre personne serait V-Voldemort. Désolé, Harry, je commence toujours à me sentir à l'aise." Elle était un peu gênée par son bégaiement, surtout après que Harry leur ait appris dans le procureur à ne pas craindre le nom.

"Tu te débrouilles très bien," répondit-il et elle lui sourit. "Alors, comme nous n'étions que quatre, je n'avais que 15 mois et il a réussi à tuer mes deux parents avant de tourner sa baguette sur moi, que s'est-il passé ensuite?"

"Il a lancé le sortilège de mort que vous avez survécu, à l'exception de cette cicatrice, et vous l'avez ensuite renvoyé sur lui, détruisant son corps."

"Comment sais-tu ça?"

"C'est l'histoire qu'on nous a tous racontée au fil des ans."

"Qui d'autre était un témoin des événements et pouvait raconter cette histoire?"

Elle fit une pause.

"Je vois ce que tu veux dire. Il n'y avait personne d'autre alors comment avons-nous eu cette histoire? Ah, merde! C'était juste des potins. Je déteste les potins!"

"Voulez-vous connaître la vraie histoire?"

"Vous souvenez-vous réellement de ce qui s'est passé cette nuit-là?"

"Non. J'étais trop jeune pour m'en souvenir. Cependant, j'ai entendu l'histoire de l'autre témoin survivant. Je l'ai entendue à la fin de la quatrième année."

"Vous l'avez entendu de… Voldemort?" demanda-t-elle avec une pause pour ne pas bégayer cette fois-ci.

"Oui, j'ai été attaché à une pierre tombale. Il est sorti de cet énorme chaudron et a appelé ses disciples. Il leur a ensuite expliqué ce qui s'était passé exactement cette nuit-là. Il est peut-être fou, mais il n'est pas idiot. un bambin de 15 mois pourrait le vaincre, magie accidentelle ou non. "

Mandy était tellement captivée par l'histoire qu'elle oubliait parfois de respirer.

"Il leur a dit, et à moi, que c'était ma mère qui lui avait tendu un piège. Elle utilisait une vieille magie, dit-il, quelque chose qu'il ne saurait pas s'attendre. Alors, quand il a lancé Killing Curse, il est revenu sur lui. au lieu de me frapper. Cela veut dire que ma mère connaissait une vieille magie qui pourrait bloquer le Killing Curse prétendument irréversible. Malheureusement, cette connaissance est morte avec elle. "

"Mais, qu'en est-il de votre cicatrice? Ils ont dit que cela avait été causé par le sortilège mortel."

"Vraiment? Combien de personnes tuées avec le sortilège meurtrier ont été retrouvées avec une marque? On nous a tous dit qu'il n'en laissait aucune trace alors pourquoi quelqu'un penserait-il qu'un sortilège meurtrier a causé cette cicatrice?"

"Alors comment l'avez-vous obtenu?"

"Le piège que maman a mis en place a non seulement rebondi vers le lanceur, mais il a également augmenté son pouvoir. Lorsque le sortilège a rebondi et a frappé Voldemort, il a fait beaucoup plus que simplement tuer son corps. Il a provoqué une explosion et a détruit une grande partie de la Si vous allez là-bas, vous pouvez le voir vous-même. Avec une explosion qui se passe autour de moi, je suis sûr que quelque chose me frappe au front et cause la cicatrice. Le fait qu’il ait la forme d’un éclair le rend plus intéressant."

Mandy était abasourdie par la révélation et avait presque oublié de respirer à nouveau.

Comment dépasser son bégaiement ? Le programme est retranscrit sur ce blog !



Le bégaiement peut découler d’un soucis central ou d’une défaillance de l’un des organes du langage. Par exemple, il peut être dû à un excès de tonicité des muscles du larynx qui se crispent. Les sons ont du mal à se former à la hauteur des cordes vocales. Le problème peut aussi se situer plus haut. Le bourrinage de la langue peut se plaquer contre le palais et se bloquer au moment même de la mise en place du mot. Les groupes de muscles qui entourent les lèvres peuvent aussi se contracter, le son bute comme contre un obstacle et les syllabes éclatent. Certains mots ont du mal à gagner et le rythme de la parole est alors perturbé, c’est le bégaiement.
Des professionnels médicaux (appelés les phoniatres ) et paramédicaux ( orthophonistes en France, logopédistes en Suisse, logopèdes en Belgique ) sont habilités à traiter le bégaiement, certains s’étant formés plus notamment à ce brouillé. Ils sont soumis à des lois régissant leur spécialité ( devoir de renseignements, de formation, secret professionnel, etc. ) qui assurent aux personnes une qualité de soins – les soins étant en partie ou pleinement pris en charge par les divers systèmes de santé.
Le bégaiement est plus qu’un brouillé de la parole, il relève d’un phénomène complexe impliquant beaucoup plus que la simple répétition des sons et le prolongement des syllabes, qui affecte toute l’individu dans sa parole, sa communication et son comportement. On dit que le bégaiement se compare à un iceberg, et que les troubles de la parole ne peuvent être que la partie qui en émerge. Les troubles du marketing et du agissement ne sont pas perceptibles pour ceux qui ne bégayent pas, cependant interagit en liaison étroite avec le trouble de la parole. Le bégaiement commence généralement dans la petite enfance, entre deux et cinq ans chez l’enfant qui a récupéré d’un système de parole plus fragile. C’est plus fort que lui, mais le bègue tentera d’éviter le contact visuel avec ses interlocuteurs. L’embarras qu’il engendre dans les yeux de l’autre lui est trop pénible à voir. Sa respiration peu fréquente le trahit souvent, il essaie même de parler avec très peu d’air dans les poumons. souvent, le bègue évite de bégayer en se taisant !

Laisser un commentaire