Le Resort Pt. 02 – Non-Consentement / Réticence | Lutte Bégaiement

L'odyssée de Rachel se poursuit

Rachel s'assit dans la chaise de la styliste de Carla encore légèrement mouillée après avoir pris une longue douche apaisante. Elle se regarda dans le miroir et regarda dans ses propres yeux, apparemment perdue dans ses pensées alors que ses cheveux étaient coupés et taquinés. Elle se sentait un peu fatiguée et sa respiration était lente et détendue.

"Quelle est la longueur avec laquelle tu es le plus à l'aise? Court ou long?" Demanda Carla en passant ses mains dans les épaisses mèches brunes de Rachel.

"J'aimerais garder la longueur, mais je suis partante pour tout style qui me convient."

"Très bien. Je vais proposer quelque chose que tu aimeras."

Rachel s'assit silencieusement alors qu'elle se regardait intensément dans le miroir. Sa tête tournait toujours sous les événements de la journée, qui la mettaient sérieusement en doute de ses propres sentiments et valeurs.

"Comment ai-je pu faire ça à Tim?" Elle était assise à réfléchir à ses propres actions.

La question lui faisait sentir des émotions mélangées. D'une part, elle ne pouvait s'empêcher de sourire. Elle n'avait jamais été aussi sauvage et audacieuse qu'au cours de son massage, et cela faisait du bien de finalement agir un peu fou pour une fois dans sa vie.

Mais d'un autre côté, elle n'était pas malhonnête. Elle était fière d'être une épouse loyale et fidèle et s'inquiétait beaucoup de ce que cela signifierait pour son mariage.

Elle prit une longue et profonde respiration, provoquée par son sentiment de frustration face à la situation dans laquelle elle s'était mise.

"Est-ce que tout va bien Madame?" Carla s'interrogea sur le sentiment que quelque chose n'allait pas.

"Non, je vais bien. Je suis toujours fatigué du voyage."

"Je comprends. À la fin de ton voyage, tu auras besoin de vacances après tes vacances." Le jeune styliste a ri.

Carla a coupé et façonné les cheveux de Rachel à la perfection. Elle maquilla de manière experte une peau lisse et pâle qui serait à peine perceptible pour un œil non averti; et un ajustement parfait pour ce climat insulaire tropical.

"Ok il est temps de se diriger vers la garde-robe." Dit-elle alors qu'elle finissait par toucher le visage impeccable de Rachel.

Ils marchèrent tous les deux dans la chambre d'à côté. L'espace considérable contenu mur à mur s'habille tout enveloppé de plastique transparent. Rachel pensait que cela ressemblait à une réserve dans un point de vente haut de gamme.

"Est-ce que tout cela est nouveau?"

"Qu'ils sont." Carla a répondu avec un grand sourire.

"Que fais-tu avec les robes une fois qu'elles sont retournées?"

"De retour? … Tout ce que vous choisissez est à vous. Il n'y a pas de robe ici qui se vendrait moins de 1000 $ dans les grands magasins. Venez jeter un coup d'œil et choisissez-en une qui vous plaise."

Rachel passa devant l'impressionnant assortiment de vêtements, en sortant de temps en temps un pour mieux voir.

"Je pense que pour vous, nous pourrions faire quelque chose de simple et de bien ajusté. Vous avez un beau corps et je veux le montrer. Quel est votre sentiment sur une robe de cocktail blanche sans bretelles qui s'arrête avant le genou?" Carla a déclaré en retirant un vêtement fraîchement ramassé d'un support à proximité et en le tenant pour que Rachel puisse avoir un meilleur look.

Rachel était occupée à moitié par ses propres pensées et ne répondit pas immédiatement.

"Est-ce que ça va, Madame?"

"Oh oui, je vais bien." elle a répondu à moitié.

"Je vais laisser cela entièrement à vous"

"D'accord, super." Carla répondit joyeusement en retirant trois robes de cocktail blanches du rack, retirant le plastique transparent de chacune d'elles avant de les lui remettre.

Rachel s'empara des tenues, ainsi que d'un nouveau paquet de sous-vêtements, d'un soutien-gorge et de talons à bouts ouverts que Carla avait mis de côté.

Elle prit tout et partit dans la cabine d'essayage pour essayer. Elle retira l'épaisse robe qu'elle portait pendant sa transformation et se retrouva nue devant le grand miroir qui se trouvait dans son stand.

En regardant son corps nu, elle remarqua des marques rouges sur ses cuisses et son cou, puis se tourna pour regarder son cul qui était toujours d'une teinte rose vif de sa fessée antérieure.

"Merde" murmura-t-elle à voix haute après avoir remarqué ce qui semblait être de petites marques de morsures sur son cou et pensa qu'elle allait probablement devoir les expliquer à Tim.

"Peu importe, je vais inventer quelque chose." Elle pensa en tenant la première robe contre son corps et en regardant son reflet dans le miroir.

"Celui-ci fera l'affaire."

Elle a glissé le soutien-gorge sans bretelles sur ses seins et a glissé ses gros monticules dans les bonnets. Le soutien-gorge était une armature blanche sans bretelles qui soutenait bien ses seins pleins de 36 D.

"Wow, ça montre beaucoup de clivage." Dit-elle doucement en tirant et en ajustant le soutien-gorge en place.

Elle a ensuite tendu le string assorti et a glissé le tissu en dentelle sur ses hanches arrondies. Elle déplaça légèrement son poids alors qu'elle glissait la ficelle confortablement entre ses joues rondes.

Elle jeta de nouveau un bon regard dans le miroir et ne put s'empêcher de se sentir sexy. Ses cheveux et son maquillage étaient parfaitement faits et la lingerie sexy qu'elle portait lui donnait un look incroyable.

Enfin, elle prit la robe et la passa par-dessus sa tête avant de la faire glisser par-dessus son corps tout en courbes. Après quelques ajustements, elle mit ses chaussures et se regarda de nouveau, aimant son apparence.

Rachel luttait toujours contre ses propres sentiments de culpabilité, ce qui la mettait à l’état de jouir de tout ce cocooning.

"Ok, ma fille, tu dois arrêter cette merde maintenant. Ça va juste être un de ces secrets que tu vas devoir porter à ta tombe. Laisse tomber maintenant et passe les neuf prochains jours à t'amuser avec Tim."

Elle essayait désespérément de se raisonner pour essayer de tout mettre de côté. Elle prit la décision d’écrire cet incident dans sa tête, comme si elle avait une erreur de jugement ou si elle devenait folle une fois dans sa vie. Tim était son mari et elle l'aimait. mais surtout il n'a jamais eu besoin de le savoir.

Le plan était pour elle de le rencontrer au restaurant. Il était probablement déjà de retour de son voyage et se préparait vraisemblablement à leur villa.

Elle se sentit soulagée de ne pas être entièrement seule au début. Elle ne savait vraiment pas comment elle réagirait une fois qu'elle l'aurait vu. Elle savait que quand il lui poserait des questions sur le massage, elle allait devoir inventer une histoire à la volée, étant donné qu'elle n'avait pas eu le temps de répéter quoi que ce soit dans sa tête.

Il était 18 heures et Rachel arriva au restaurant peu après Tim, comme prévu. Elle a été accueillie à la porte par le responsable de la nuit précédente, qui lui a souri chaleureusement.

"Bonsoir Madame. Votre mari est déjà assis et je vais vous accompagner à la table. Personnellement, c'est mon endroit préféré pour manger dans tout le complexe, car il donne directement sur l'océan.

Avant d'entrer, je dirais que vous avez l'air exquis ", déclara le directeur avec un grand sourire alors qu'il maintenait la porte ouverte pour qu'elle puisse entrer.

"Merci beaucoup. C'est si gentil à vous de le dire." Rachel a gracieusement répondu en lui offrant un grand sourire.

Elle commençait à se sentir un peu plus détendue. Elle se sentait tellement sexy que cela l'empêchait de penser à toute gêne qu'elle pensait devoir ressentir lorsqu'elle verrait finalement Tim, ainsi qu'elle espérait qu'il serait peut-être trop distrait par sa beauté pour vraiment se soucier de la journée.

"C'est comme ça madame." Le gérant a déclaré en agitant le bras vers la salle à manger.

Rachel entra dans la porte d'entrée et scruta les tables à la recherche de Tim mais ne le vit pas immédiatement.

Son corps se balança parfaitement dans le tissu de sa robe moulante, tandis qu'elle suivait le directeur dans la salle à manger bondée. Ses gros seins montaient du haut du vêtement, dégageant avec goût son beau décolleté. L'ourlet de la robe s'étendait bien sur ses belles fesses rondes s'arrêtant à la moitié de sa cuisse. Les talons qu'elle portait complétaient parfaitement cette tenue et montraient ses longues jambes toniques et ses fesses bombées à chaque pas sensuel qu'elle faisait.

Elle ne pouvait s'empêcher de remarquer tous les regards admiratifs qu'elle recevait des clients masculins et féminins. Elle a même vu la femme d'un homme donner une gifle espiègle à son mari après l'avoir vu lui marcher sur les fesses en passant.

Tim se leva alors qu'elle s'approchait de la table et chercha sa main.

"Vous avez l'air magnifique, mon cher." Les mots quittèrent immédiatement sa bouche alors qu'il se penchait pour lui donner un doux baiser sur la joue.

Rachel se contenta de sourire en s'asseyant sur la chaise où il avait été retiré par un gentleman.

"Alors comment c'était?" Demanda Rachel en essayant de garder la conversation avec lui.

Tim passa une quinzaine de minutes à expliquer à quel point sa journée était excitante. Il a parlé de l’espadon qu’il a aidé à ramener et de la qualité du matériel d’experts qu’il a pu utiliser. Il lui a dit que le chef préparait maintenant l'espadon qu'il avait attrapé pour leur dîner.

Elle continua d'écouter sans cesse comment le bateau était beau et le déjeuner préparé par le chef à bord.

Rachel essaya de paraître intéressée mais écoutait à moitié. Elle le regardait en hochant la tête et en souriant quand elle fut soudainement distraite par les éclats de rire venant d'une table à proximité.

"C'est la table des propriétaires." Dit Tim, remarquant que son attention était tournée vers le rire.

"Quelle personne est-ce?" Demanda-t-elle en scrutant la vingtaine de personnes assises à quelques mètres à peine.

"Je ne sais pas mais ne regarde pas."

"C'est toi qui tourne la tête. Je leur fais face." Dit-elle avec un sourire.

Elle scruta la vingtaine de convives et fut surprise de voir sa masseuse Rob parmi les invités assis.

Il la regarda et leurs yeux se croisèrent. Il lui offrit alors un grand sourire qui la fit immédiatement détourner le regard.

"Oh non." Elle pensait.

"Quel est le problème bébé?" Tim a dit en regardant par-dessus son épaule à la table des propriétaires pour voir ce qui avait provoqué sa réaction évidente.

"Quoi? Que voulez vous dire?" Dit-elle en bégayant légèrement.

"Je croyais t'avoir vu froncer les sourcils ou avoir l'air surpris"

"Surpris de quoi? Je n'ai pas fait la grimace." Répondit-elle brusquement.

"OK peu importe." Répondit-il, légèrement agacé par sa réaction maussade en roulant des yeux.

"Je dois aller aux toilettes. Je reviens tout de suite."

Rachel regarda de nouveau la table en essayant de faire de son mieux pour ne pas regarder dans la direction de Rob. Elle scruta les hommes restants et supposa que le plus âgé des messieurs assis à l'une des extrémités de la table devait en être le propriétaire. Il était le mieux habillé du peloton et avait l'air d'avoir de l'argent. De plus, il semblait être le centre d'attention, et celui avec le rire copieux.

Rachel ne pouvait pas s'en empêcher et regarda à nouveau vers Rob. Il la fixait déjà, leurs yeux se croisant un instant. Il lui fit alors légèrement signe de relever son verre mais elle ne répondit pas et détourna rapidement les yeux.

Tim est revenu quand la nourriture est arrivée et s'est assis pour manger.

"Alors, comment s'est passé ton massage?" Il a demandé.

"C'était bon. Ce n'était pas si long. J'ai juste passé la majeure partie de la journée allongée sur la plage." Elle a dit d'une manière dédaigneuse.

"Sur la plage? Sans vouloir vous offenser, mais votre blanc comme un fantôme terrifiant." Dit-il en la regardant d'un air interrogateur.

Qu'est-ce que c'est sur ton cou? Cela ressemble à une marque de morsure ou quelque chose du genre? "La questionna-t-il, mais ne le croyant pas vraiment.

"Je ne voulais pas être brûlé si tôt dans le voyage, alors j'ai martelé la lotion et me suis couché sous un parapluie toute la journée." Expliqua-t-elle en sentant une secousse de peur traverser son corps.

"Je pense que j'étais allergique à ces choses-là."

"Que voulez-vous dire?"

"Je me grattais après quelques heures de port." Dit-elle en se passant la main sur le cou pour mieux l'expliquer.

"Qu'est-ce que c'est que Rachel?" Elle se dit qu'elle avait presque tout gâché.

Ils ont tous les deux apprécié leur repas mais Tim a estimé qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Il ne pouvait pas mettre le doigt dessus mais sentait une légère froideur dans son comportement. Ils s'entendaient très bien. mais il avait l'impression qu'elle n'était pas très contente de le voir.

"Peut-être qu'elle est juste fatiguée." Pensa-t-il se sentir frustré.

"Est-ce que tout va bien? Vous avez agi un peu étrange." Dit-il en prenant une gorgée de vin rouge qu'il tenait à la main.

"Je suis juste un peu fatigué mais rien ne va pas."

Au même moment, le serveur apparut tenant une enveloppe.

"Monsieur, notre propriétaire, M. Henry, m'a dit de vous le donner." Le serveur a dit en remettant l'enveloppe à Tim avec un sourire sur son visage.

Tim ouvrit l'enveloppe et en sortit un morceau de papier. Il lisait quand il regarda Rachel avec une expression "peut-être" sur le visage.

"Qu'Est-ce que c'est?"

"C'est une invitation à une fête privée chez lui." Il a déclaré avec un sourcil légèrement levé.

"Il est dit de s'habiller décontracté et d'être prêt avant 21h30. Ils vont envoyer une voiture pour nous chercher et nous emmener à la fête et rentrer à la maison quand nous voulons."

"Qu'en penses-tu, tu veux y aller?" Il lui a demandé avec une expression comme s'il était prêt pour cela.

Avant que Rachel puisse répondre, elle entendit un autre bruit fort venant de la table des propriétaires et vit le vieux monsieur qu'elle mesurait comme le propriétaire éventuel tenant un verre devant eux.

"Nous verrons vos enfants plus tard, n'est-ce pas? Apportez votre maillot de bain!" Il a déclaré que quelques-uns des autres occupants de la table se sont joints à eux avec un enthousiaste:

Rachel scruta rapidement la table à la recherche de Rob mais il n'était plus là. Elle ne l'avait pas vu se lever mais était très inquiète qu'il soit peut-être à la fête. Elle voulait vraiment mettre cet épisode derrière elle et passer du temps avec Tim ce soir, et n'était pas d'humeur pour une fête.

"Je ne connais pas Tim; Je pense que je veux y aller doucement ce soir." Elle a déclaré tout en atteignant sa main en avant pour toucher son bras.

"Calme-toi? Es-tu fou?" Il s'appuya joyeusement.

"Sommes-nous allés en vacances pour y aller doucement? Nous ne sommes ici qu'un jour et je ne peux pas croire à quel point cela a été formidable." Dit-il comme s'il avait déjà pris sa décision.

"J'admets que je suis impatient de te retrouver seul, mais nous avons toute la nuit. Allez, ce sera une bonne nuit pour nous." Il a continué avec impatience.

"Ok chérie, allons-y." Elle a répondu à moitié avec cœur en retirant sa main de son bras.

Ils finirent tous les deux leur dîner et ramenèrent la petite promenade main dans la main jusqu'à leur villa. Tim n'arrêtait pas de la complimenter tout en laissant de temps en temps ses mains glisser sur le tissu recouvrant son cul rond alors qu'ils marchaient.

Il commençait maintenant à regretter sa décision d'aller à la fête. Il n'arrêtait pas de penser à sa beauté et ne voulait pas attendre pour lui enlever sa robe et faire l'amour passionnément à sa femme magnifique.

Il regarda l'heure et vit qu'ils n'avaient que quelques minutes pour se changer. Ils se dirigèrent tous les deux autour de la villa en retirant différents vêtements de leurs valises respectives en essayant de décider quoi porter.

Rachel a cherché plus de confort que de style. Elle a choisi un bas de bikini noir pour aller avec une jupe de sarong noire ajustée qui allait au milieu de la cuisse. Elle portait également un haut de bikini noir assorti avec une chemise blanche à boutons de cisaillement, laissant tous les boutons défaits avec le tissu noué en bas, ce qui lui donnait un ventre plat et un large décolleté. Elle a terminé sa tenue avec des sandales à bout ouvert et un talon moyen. Elle a laissé ses cheveux et son maquillage tels quels, toujours aussi exquis depuis sa transformation.

"La voiture est ici chérie." Tim a déclaré en regardant par la fenêtre de la villa.

Le trajet jusqu'au manoir fut court et ne prit pas plus de dix minutes. Ils se mirent tous les deux à bavarder en regardant par la fenêtre en regardant les palmiers souffler à cause de la brise qui soufflait maintenant dans l'île.

"J'ai entendu des gars sur le bateau en train de parler. Cet endroit est censé faire plus de 15 000 pieds carrés et avoir plus de 20 chambres à coucher." Tim murmura à Rachel qui le regardait par la fenêtre opposée.

"Vingt chambres? Pourquoi quelqu'un en aurait-il besoin?"

Tim haussa les épaules et sourit.

Le conducteur a commencé à ralentir, puis a tourné la voiture sur une route non désignée. Il a emprunté le long et sinueux chemin non pavé avant de tirer vers deux portes de fer qui se trouvaient à l'entrée principale de la propriété. Il tendit la main par la fenêtre et appuya sur un bouton de la boîte d'appel s'identifiant lorsque les portes de fer s'ouvrirent lentement. La voiture traversa et remonta la longue allée menant à l’entrée principale de la maison.

"Wow, regardez-vous ça!" Tim a déclaré que la maison est apparue et la voiture s'est arrêtée.

Rachel regarda par la fenêtre pour tout comprendre mais ne dit rien alors qu'ils sortaient du véhicule.

Il attrapa sa main et ils remontèrent l'allée à l'arrière d'une petite file de gens qui attendaient d'entrer dans le manoir.

Ils pouvaient entendre de la musique Reggae venant de l'arrière de la maison, ainsi que ce qui semblait être une foule animée à la fois à l'intérieur et à l'extérieur.

Il y avait une forte odeur de marijuana évident qui les a fait rire tous les deux alors qu'ils réalisaient simultanément ce que c'était.

"On dirait que cet endroit bascule!" S'exclama-t-il avec enthousiasme.

"Allez, laisse aller." Dit-il en la tirant par la main dans l'escalier menant à la porte d'entrée de la résidence.

Le couple a été accueilli à la porte par une Miss Leona souriante, ce qui a mis Rachel mal à l'aise.

"Est-ce qu'elle sait ce qui s'est passé?" Elle pensa dans une demi-panique déguisée par son faux sourire.

"Bonjour Lady Rachel. C'est un plaisir de vous revoir. Avez-vous apprécié votre massage aujourd'hui?" Mlle Leona a demandé sans allusion de toute façon si la question était authentique ou moqueuse.

"Oui c'était bien." Elle s'appuya timidement.

"Avez-vous apporté votre invitation?"

Juste à ce moment, Tim commença à fouiller dans ses poches et regarda Rachel.

"Oh mec, je pense que nous l'avons laissé dans la chambre mais je peux vous assurer que nous avons été invités."

"Ce n'est pas un problème. Je ferai savoir à M. Henry que vous êtes ici. Allez, installez-vous confortablement et prenez un verre. Il y a de la nourriture dans la cuisine, ainsi que de nombreux bars installés dans toute la maison. M. Henry a une règle en visitant sa maison. " Dit Melle Leona en souriant.

"Qu'est-ce que c'est?" Tim a parlé.

"Simple, il insiste pour que vous laissiez vos soucis à la porte, et que vous vous laissiez aller et que vous vous amusiez! Après tout, vous êtes en vacances!" Dit-elle en offrant un autre sourire chaleureux.

"Il n'y a pas d'endroit dans la maison qui soit interdit sauf certaines parties du troisième étage. C'est le lieu de vie de M. Henry. Ne craignez rien. Il y a plus de 20 chambres dans le manoir. Si vous êtes fatigué ou si vous avez envie de vouloir pour passer la nuit, allez-y et utilisez-les. "

Mlle Leona a fini de parler en leur faisant signe d'avancer pour pouvoir saluer la prochaine personne qui entre.

"Comment la connais tu?" Tim a demandé.

"Elle était la femme qui m'a préparé pour mon massage."

"Je veux toujours entendre parler de ta journée. Tu ne m'as rien dit de plus. Tu peux me le dire, ou mieux encore, tu peux me montrer quand nous serons au lit plus tard, à quel point un massage professionnel est fait." Lui dit-il avec un sourire affectueux.

Rachel a juste serré son bras et a souri en retour.

Elle et Tim firent ce que Mlle Leona avait dit. Ils ont mangé, dansé, bu et ont exploré les lieux.

Rachel ne voulait pas aller dans la piscine parce qu'elle voulait s'accrocher aux dernières heures de son relooking. Elle remarquait toujours toute l'attention des hommes et elle avait l'air qu'elle était en train de se faire et ne pouvait s'empêcher de se sentir très sexy.

"Hon … Avez-vous essayé ce punch rouge qui sort de la sculpture de glace? C'est incroyable. Ils disent que c'est gorgé d'alcool, mais je ne sais pas de quel genre. Essayez-en, vous ne pouvez même pas y goûter. " Dit Tim en lui tendant un verre.

Rachel prit une grosse gorgée et parla immédiatement comme si elle était confuse.

"C'est le même coup que j'ai eu pendant le massage."

"Hein?" Dit Tim avec un sourcil levé.

"Tu ne trouves pas ça bizarre que des boissons alcoolisées aient été servies pendant un massage?" Demanda-t-il, mais ne paraissant pas trop inquiet.

Elle a juste haussé les épaules.

"Y avait-il de l'alcool dans ces boissons?" La pensée traversa son esprit alors que son instinct commençait apparemment à entrer en action.

Ils ont marché main dans la main en admirant sa beauté. La maison avait les mêmes caractéristiques que la salle de spa, avec des statues haut de gamme et des carreaux dans tous les coins et recoins de l'espace palatial.

Comment combattre son bégaiement ? La technique est révélé sur ce blog !



Le bégaiement peut découler d’un soucis central ou d’une défaillance de l’un des organes du langage. Par exemple, il peut être dû à un surplus de tonicité des groupes de muscles du larynx qui se crispent. Les sons ont du mal à se former au niveau des cordes vocales. Le problème peut aussi se placer un peu avant. Le force de la langue peut se plaquer contre le palais et se bloquer au moment même de l’émission du mot. Les groupes musculaires qui entourent les lèvres peuvent aussi se contracter, le son bute comme contre un obstacle et les syllabes éclatent. Certains mots ont du mal à sortir et le rythme de la parole est alors perturbé, c’est le bégaiement.
Les thérapies traitent les critères physiques, fonctionnels et émotionnels du bégaiement. Chacun fait l’objet d’un travail spécifique qui a des répercussions dans les autres domaines. Les critères physiques La première demande concerne parfois les incidents de parole. Les différentes paramètres de la parole sontnabordées à travers des exercices de ralentissement du débit, de fluence, de respiration, de voix…nL’aspect moteur est traité de façon plus globale avec la pratique de la relaxation. nles critères fonctionnelsnLe bégaiement se manifestant dans la relation aux partenaires, cet aspect s’étale sur une partie de la thérapie. nSont abordés les dysfonctionnements comportementaux et cognitifs sous-jacents au trouble. Si les techniques utilisées peuvent changer suivant les thérapeutes, l’objectif reste toujours la restauration de la relation aux autres. Les aspects émotionnels. L’impact des facteurs émotionnels représente aussi une part importante de la thérapie ( gestion du tension, estime de soi… ). n
Depuis les années 1930, le moteur de recherche interne a étayé le fondement héréditaire du bégaiement. Des analyses familiales ont constamment montré que les personnes qui bégaient ont plus souvent que les témoins des parents qui ramènent aussi des antécédents de bégaiement. Une révision neuve de 28 analyses a estimé que 30 à 60 % des personnes qui bégaient exposent des antécédents familiaux positifs comparativement à moins de 10 % des témoins. Des analyses sur des jumeaux ont corroboré ces observations. par ailleurs, les proches de sexe masculin présentent un risque substantiellement plus élevé que les proches de sexe féminin. Le rétablissement et la persistance paraissent être des affections héréditaires distinctes.

Laisser un commentaire